/news/politics

Un congrès de la CAQ sous haute surveillance à Drummondville

De nombreux policiers sont déployés à Drummondville, samedi, alors que se déroule le congrès de la CAQ. Plus de 2000 militants y sont attendus, mais aussi de nombreux manifestants.

• À lire aussi: Début du Conseil national de la CAQ, Drummondville se prépare à accueillir des manifestants

• À lire aussi: Sondage Léger: La CAQ reprend le terrain perdu, la menace Duhaime s'intensifie

• À lire aussi: Sondage Léger: le bilan environnemental déçoit

Environ 2200 membres du syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SCFP), qui sont sans convention collective depuis deux ans, ont manifesté en matinée devant le Centrexpo Cogeco, où se déroule le congrès.

En milieu de matinée, plusieurs d'entre eux étaient présents et gonflés à bloc.

  «Le gouvernement, ce qu’il nous a offert, ce sont trois ans de convention collective. Si elle finit en 2023, on serait à 10 mois de la fin de la convention», a expliqué à TVA Nouvelles Jean-François Silvestre, porte-parole du SCFP.

Ce dernier a ajouté que son syndicat représentait 27 000 membres qui gagnent en moyenne 35 000$ par année et qu'il craint de voir la pénurie de main-d'oeuvre prendre de l'ampleur si le gouvernement n'entend pas raison.

Le SFPQ a nolisé des autobus à travers la province pour permettre à ses membres de venir exprimer leur ras-le-bol aux congressistes de la formation politique.

«Nos membres faisant partie de la fonction publique québécoise sont en colère contre le gouvernement de la CAQ. Il empêche toute avancée significative à la table de négociation depuis des mois. Nos demandes sont pourtant raisonnables : des conditions salariales équitables qui tiennent compte du marché de l’emploi et de l’inflation galopante», a indiqué M. Sylvestre.

«En refusant encore et toujours de reconnaître la nécessité de valoriser les emplois de la fonction publique, ce gouvernement nous démontre qu’il est déconnecté de la réalité du marché du travail, a dénoncé M. Sylvestre. ​​ À l’approche des élections, les citoyens doivent commencer à se demander si la CAQ sera en mesure de maintenir les services à la population offerts par le gouvernement du Québec.»

  «Ça serait ben le fun qu’il nous écoute et qu’on puisse signer quelque chose pour pouvoir avoir de l’argent dans nos poches», a pour sa part déploré un autre manifestant. «Au privé, ils ont des meilleurs salaires que nous. Ce qu’on veut, c’est pouvoir rester à la fonction publique. On aime notre travail, mais on veut être récompensé à notre juste valeur.» 

Manifestation contre les mesures sanitaires 

Un convoi de manifestants opposés aux mesures sanitaires est aussi attendu. Certains manifestants sont arrivés très tôt samedi matin. À 7h30, un camion était déjà installé dans le stationnement du centre commercial situé en face du Centrexpo. Une demi-heure plus tard, une centaine de manifestants y étaient visibles, certains n'hésitant pas à exprimer leur hostilité envers les médias.

«On est ici pour revendiquer par rapport à tout ce qui s’est passé dans les CHSLD. Madame Blais a laissé des personnes âgées mourir dans la solitude. C’est déplorable», a affirmé un manifestant à notre journaliste.

Un autre citoyen nous a fait part de son mécontentement face au gouvernement Legault.

 «Les faillites, l’appauvrissement du monde, l’essence coûte cher, la nourriture aussi... Les 500$ qu’il a donnés, ça représente 9$ par semaine», clame-t-il, 

Par ailleurs, deux sites de manifestation ont été aménagés devant le Centrexpo. Le SCFP a insisté pour qu’une barrière soit installée, afin de ne pas être associé aux manifestants antimesures sanitaires.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.