/finance/realestate

Immobilier: Montréal amorce une nouvelle tendance

Joël Lemay / Agence QMI

Il n’y a jamais eu autant de nouvelles propriétés mises en vente dans le marché du Grand Montréal pour le mois de mai depuis 2014, selon les statistiques de ventes résidentielles compilées par Centris.

«Le mois de mai marque un tournant important pour les conditions de marché dans la [Région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal]. Affichant un cinquième mois consécutif d’augmentation du nombre de propriétés sur le marché, ce qui est symptomatique d’un changement de tendance, on observe maintenant un niveau d’inscriptions qui dépasse celui de la même période l’an passé», a expliqué vendredi l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ), dans un communiqué.

En effet, c’est la première fois depuis 2015 que la RMR de Montréal a «enregistré une hausse de 0,3% de son inventaire de propriétés sur le marché pour cette période de l’année», selon le directeur du Service de l’analyse de marché de l’APCIQ, Charles Brant.

Toutefois, la baisse des activités transactionnelle et le niveau de ventes «à peine comparables à 2016 pour un mois de mai» ne reflètent pas cette hausse.

En effet, la RMR a enregistré une baisse de 9% des ventes de propriétés, par rapport à mai 2021. L’APCIQ impute ce ralentissement aux prix élevés des propriétés.

Plus précisément, Laval a connu une diminution de vente de 9%, alors que Montréal et la Rive-Sud ont vu leurs ventes baisser de 10%.

Du côté de Québec

Inversement à la situation de la région montréalaise, la RMR de Québec constate une baisse continue des inscriptions en vigueur, et ce, depuis le début de l’année.

En effet, 2882 inscriptions en vigueur ont été enregistrées pour mai 2022, soit une baisse de 28% comparativement à mai 2021.

«Contrairement à la tendance provinciale, le nombre de propriétés sur le marché a plutôt tendance à décroître depuis le début de l’année», constate-t-on dans le rapport de l’APCIQ.

Même si les ventes résidentielles dans le RMR de Québec ont diminué de 2% depuis mai 2021, l’activité transactionnelle atteint des «niveaux historiquement élevés» alors que 872 résidences ont été vendues en mai 2022, la moyenne mensuelle depuis 2017 étant de 823.

«Québec demeure une valeur sûre et relativement abordable pour ceux qui désirent acheter plus sereinement dans un contexte de marché qui voit le vent tourner», a déclaré M. Brant.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.