/news/culture

Francos de Montréal: larmes et sourires pour Karim Ouellet

Les Francos ont fait les choses en beau et en grand pour l’ultime hommage à Karim Ouellet, ce dimanche soir sur la place des Festivals. Le musicien, parti beaucoup trop tôt en janvier dernier à seulement 37 ans, a été célébré en larmes et en sourires par plusieurs de ses amis en compagnie de milliers de spectateurs. «Maman, regarde comment les gens aimaient Karim», a lancé sa sœur Sarahmée.

Karim Ouellet aura réussi à rassembler les gens tant dans la vie que dans la mort. Pour ce concert en sa mémoire, ce sont de nombreux artistes qui ont tenu à le saluer, dont Claude Bégin, Ariane Moffatt, Hubert Lenoir, Alaclair Ensemble et Valaire. 

On s’est aperçu dès les premières secondes du spectacle que l’on vivrait une soirée bien spéciale. Les notes de Les brumes ont d’abord retenti dans les haut-parleurs. On y entendait la voix de Karim.

Sur scène, un projecteur éclairait uniquement la guitare de Karim et le masque de renard qu’il portait à ses concerts. Le moment, sobre et puissant, nous a procuré nos premiers frissons.

«Il s’appelle Karim Ouellet. On est ses amis. Les Francos, à trois, je veux entendre tous vos prénoms, 1-2-3!» a lancé le maître de cérémonie du spectacle, Luis Clavis, dans un clin d’œil très sympathique à ce que faisait Karim à chaque début de concert.

«On est ici pour Karim, notre frère, notre ami, pour lui faire honneur, pour ne jamais l’oublier. On est ici pour pleurer et chanter. Merci d’être là. Bienvenue à sa veillée», a poursuivi celui qui était présent avec ses comparses de Valaire.

Amie de longue date de Karim, Amélie Nault était des artistes invités.

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Amie de longue date de Karim, Amélie Nault était des artistes invités.

L’amour d’Alaclair

La metteuse en scène du concert, Ines Talbi, avait bien pris soin de mélanger les moments festifs avec ceux plus touchants. En début de soirée, on a ainsi eu droit à la dynamique Rien ne sert de courir, puis à la poignante Marie-Jo.

Assez vite est arrivé le plus gros succès du chanteur en carrière : L’amour. Livré avec énergie par «la gang de minces» d’Alaclair Ensemble, dont son complice de longue date Claude Bégin, le morceau a fait bondir la foule.

En plus de la dizaine d’artistes qui se trouvaient en permanence sur scène tout le long du concert, on pouvait observer en format gigantesque un diaporama de photos de Karim projeté sur le bâtiment de l’UQAM à l’arrière de la scène. Comme s’il nous regardait d’en haut.

En milieu de parcours, on a eu droit à deux duos efficaces et surprenants mettant chacun en vedette Hubert Lenoir, un artiste qui se prête rarement à ce genre d’exercice. Le premier, avec Claudia Bouvette pour Oh! Non. Le second, avec Ariane Moffatt pour La mer à boire.

Les spectateurs étaient nombreux à la place des Festivals pour rendre hommage au chanteur.

Photo Agence QMI, Thierry Laforce

Les spectateurs étaient nombreux à la place des Festivals pour rendre hommage au chanteur.

Le sens de la mélodie

Cette enfilade de morceaux entraînants nous a démontré une fois de plus à quel point Karim Ouellet avait le sens de la mélodie. L’auteur-compositeur savait écrire des chansons très accrocheuses et malgré son départ hâtif, elles continueront de retentir encore longtemps.

Absente jusque-là du spectacle, Sarahmée n’a fait qu’une courte apparition sur scène. La rappeuse devait pourtant interpréter des chansons, mais elle a finalement limité sa présence à quelques secondes au micro, le temps de remercier les artistes présents. «Ce sont des amis qui sont là depuis le début», a-t-elle dit après avoir reçu une chaleureuse ovation de la foule.

Karim Ouellet aurait sans doute été très fier de cet hommage que lui ont servi ses amis. Le concert aura été à son image : joyeux, sensible et rassembleur.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.