/finance/realestate

La surenchère est de moins en moins présente dans le marché immobilier

La hausse du taux directeur semble calmer le marché immobilier qui avait connu une surchauffe depuis le début de la pandémie.

• À lire aussi: Un recul des ventes résidentielles observé en mai

• À lire aussi: Complexe résidentiel et commercial à Montréal: les travaux ont commencé

• À lire aussi: Flambée des hypothèques : Girard ne craint pas de récession

«C’est déjà plus calme depuis les derniers mois. On a vécu deux années folles. Il y a des courtiers qui ont 30 ans d’expérience qui n’avaient jamais vu ça», mentionne Mélanie Bergeron, courtière immobilière.

Les surenchères existent encore, mais pour des propriétés plus abordables.

«Les bungalows sont toujours populaires auprès des premiers acheteurs parce que c’est une habitation d' entrée de gamme. C’est une première propriété que l’on peut se payer avec notre famille», souligne la courtière.

Un risque financier 

Les acheteurs des deux dernières années devront garder leur maison pour quelques années, sinon il risque de vendre à un prix qui pourrait être inférieur à ce qu’ils ont payé selon la courtière immobilière.

La hausse des taux directeurs affecte très peu les nouveaux acheteurs puisqu’ils subiront les impacts seulement lors de leur renouvellement.

«Je ne connais pas de vendeur qui ne peut pas payer. C’est sûr qu’au moment du renouvellement, les banques ne veulent pas les clefs de la maison, elles veulent l’argent. Alors, selon moi, elles vont s’organiser pour que vous soyez capable de payer votre hypothèque», dit-elle.

Voyez les explications dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.