/news/techno

Québecor s’entend avec Shaw et Rogers sur le rachat de Freedom Mobile

Québecor a annoncé, vendredi soir, avoir fait l’acquisition de l’entreprise de télécommunications Freedom Mobile, qui permettra à sa filiale Vidéotron de développer un service de téléphonie cellulaire dans en Ontario l’Ouest canadien.

Le montant de l’acquisition, conclu avec Rogers Communications et Shaw Communication, est évalué à 2,85 milliards, selon un communiqué conjoint publié par les trois entreprises.

Cette acquisition devrait permettre, si elle est autorisée par les autorités compétentes, la création d’un quatrième joueur national dans le domaine des services de télécommunications.

Il s’agit d’un «moment charnière» dans l’histoire de la concurrence dans le secteur de la téléphonie cellulaire, juge le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau.

«Nous avons toujours été persuadés qu’une saine concurrence en matière de services sans fil mobiles n’était possible que par l’arrivée dans le marché d’un joueur qui a déjà fait ses preuves. Il s’agit d’une transaction à valeur ajoutée pour tous les consommateurs et pour l’économie canadienne», s’est enthousiasmé le dirigeant de Québecor.

La transaction «comprend également une initiative à long terme de Shaw et de Rogers visant à fournir à Québecor des services de transmission de données (notamment par l’intermédiaire de la liaison terrestre et du réseau dorsal) et des services d’itinérance», ont d’ailleurs précisé les entreprises.

Concurrence

Propriété de Shaw, Freedom Mobile se devait d’être vendue depuis que le Bureau de la concurrence du Canada avait bloqué, en mai dernier, l’acquisition de Shaw par Rogers.

«Notre entente avec Québecor pour la cession de Freedom constitue une étape cruciale vers la conclusion de notre projet de fusion avec Shaw, car nous croyons fermement que cette dernière répondra à l’objectif du gouvernement du Canada de conserver un quatrième fournisseur de services sans-fil solide et durable», a fait valoir par communiqué Tony Staffieri, président et chef de la direction de Rogers.

Le président du conseil d’administration de Rogers, Edward Rogers, a aussi souligné l’importance de cette transaction.

«Il s’agit d’une solution entièrement canadienne qui profitera à l’ensemble des Canadiens et des Canadiennes en accroissant la concurrence et le choix, en offrant des services de télécommunications de prochaine génération et en ouvrant la voie aux avantages transformateurs de Rogers et de Shaw», a-t-il exprimé.

Depuis des années, Québecor cherchait une façon de développer le marché de l’Ouest canadien, après avoir mis la main sur des licences de spectre lors des dernières enchères organisées par Innovation, Sciences et Développement économique Canada.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.