/news/faitesladifference

Réaliste et pragmatique la CAQ? Le cas du Pont Pierre-Laporte

Photo d'archives, Stevens LeBlanc

François Legault se plait, de façon parfois paternaliste, à répondre aux propositions des oppositions que celles-ci ne sont pas réalistes ou pragmatiques et que la CAQ, c’est un parti réaliste et pragmatique.  

C’est généralement une façon peu élégante pour lui de ne pas discuter des enjeux qui ne l’intéressent pas. 

Mais, à la CAQ, sont-ils vraiment réalistes et pragmatiques? Prenons l’exemple de la saga toute récente du Pont Pierre-Laporte. Radio-Canada nous apprenait jeudi le 15 juin que: «Les suspentes du pont Pierre-Laporte, à Québec, sont de moins en moins résistantes et certaines pourraient céder à tout moment...» 

En soirée, le ministre prétend ne pas être au courant. Il ajoute même: «Je trouve inacceptable le fait que je n’ai pas été informé plus tôt de ce rapport...» 

Pourtant, début mai, L'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec, alors en négociation pour ses conditions de travail, avait alerté la population à ce sujet et avait été accusé par les ministres du gouvernement d'être irresponsables et de brandir des épouvantails. Est-ce bien là le comportement d’un ministre et d’un gouvernement réaliste et pragmatique? 

Bonnardel

Imaginez avec moi Monsieur Bonnardel recevoir un texto, tôt le matin du 5 mai. 

Bras droit du ministre: «Boss, le représentant des ingénieurs était à la télé hier soir pour dire que le Pont Pierre-Laporte allait s’effondrer si on ne s’en occupait pas bientôt.» 

Bonnardel: «Pourquoi il dit ça?» 

Bras droit: «Je ne sais pas» 

Bonnardel version CAQ: «Pas grave. Envoi un communiqué pour dire qu’ils agitent des épouvantails parce qu’ils veulent négocier leurs conditions de travail mais que tout va bien». Cas clos. Rien ne change. Jusqu’à ce qu’Enquête sorte son reportage grâce à un très courageux lanceur d’alerte. Branle-bas de combat. Des travaux d’urgence sont annoncés. Lire des travaux qui couteront plus cher que si nous avions fait l’entretien de façon proactive. Une enquête interne est lancée pour tenter de mettre la main au collet du vilain lanceur d’alerte. 

Bonnardel version pragmatique et réaliste: «C’est quand même une déclaration inquiétante, j’imagine mal un ingénieur faire une telle déclaration sans raison. Peux-tu, s’il-te-plait, demander au sous-ministre de parler au représentant des ingénieurs et de m’expliquer pourquoi il fait cette déclaration, je veux un rapport dans ma boite de courriel pour cet après-midi. À la suite de quoi, le ministre qui n’avait malheureusement pas été informé à ce jour, (il y a quand même une élection dans 6 mois et les soupers spaghetti ont pas mal pris tout l’agenda) fut finalement mis au parfum et pu agir proactivement pour sécuriser le pont et protéger la vie des québécois. Fin. 

Ce gouvernement n’est ni pragmatique, ni réaliste. Le ministre est un mauvais gestionnaire. Il met ses efforts à se protèger les arrières en attendant sa réélection. Et le premier ministre protège son ministre. Ne l’oubliez pas quand François Legault passera le mois d’aout et de septembre à vous répéter que les propositions des oppositions ne sont pas réalistes ou pragmatiques. 

Photo courtoisie

Patricia Tessier, consultante en planification stratégique Québec

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.