/finance/homepage

Grand Prix : les commerçants font des affaires d’or

Le temps maussade ne ralentit pas la ferveur des amateurs de Formule 1 qui sont au rendez-vous dans la métropole, au grand bonheur des commerçants. 

• À lire aussi: «Youpi, enfin!»

• À lire aussi: Formule 1: «On a hâte de sentir le gaz, entendre le bruit des moteurs!»

• À lire aussi: Grand Prix : une fin de semaine occupée pour Urgence-Santé

La rue Crescent à Montréal fourmille de gens qui viennent profiter des activités et admirer les voitures de luxe. Parapluies et imperméables sont de mises. 

Plusieurs amateurs rencontrés par TVA Nouvelles sont excités et ont hâte de profiter de la journée de course, et la pluie et le temps froid ne tarissent pas leurs ardeurs. 

«C’est ma première course et en plus c’est la fête des Pères», explique une amatrice, présente avec son père.

Les commerçants espèrent que cette fin de semaine sera le coup d’envoi de la saison estivale touristique à Montréal. Des retombées économiques importantes sont attendues, surtout pour le premier été post-pandémique. 

Bertil Fabre, directeur général du Centre Sheraton à Montréal, affirme que la journée de vendredi a été la plus lucrative depuis l’ouverture du Centre en 1982. 

Ce sont des centaines de milliers de dollars de revenus qui ont été engendrés. 

«Aujourd’hui, j’ai un hôtel qui est complet au niveau des chambres, j’ai un hôtel qui est complet au niveau de la restauration, et j’ai un bal de finissant de 1500 personnes de 15h à 23h, donc ça fait un mélange de clientèle fabuleux», estime M. Fabre. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.