/sports/homepage

«Oui, je suis hypocrite» - Sebastian Vettel

La prise de position de Sebastian Vettel contre les sables bitumineux albertains a fait réagir les politiciens locaux, qui n’ont pas hésité à soulever l’hypocrisie du pilote de course. Une étiquette que le quadruple champion du monde accepte de porter. 

• À lire aussi: Sebastian Vettel poursuit des voleurs

À son arrivée dans le paddock jeudi, Vettel portait un chandail avec un message fort: «Arrêtez d’exploiter les sables bitumineux. C’est le crime climatique du Canada.» La ministre de l’Énergie de la province, Sonya Savage, a rapidement réagi.  

«J'ai vu beaucoup d'hypocrisie au fil des ans, mais cette fois, il faut le faire. Un pilote de course [chez] Aston Martin, avec un financement de [la société d’État saoudienne de pétrole] Aramco, se plaint des sables bitumineux», a écrit la députée conservatrice.

Portrait global  

Invité à commenter cette réponse après les qualifications, Vettel a concédé que son activisme pouvait sembler incongru, mais il trouve dommage que le débat se tourne vers lui plutôt que vers la crise climatique.

«C’est vrai, a-t-il reconnu, samedi. Je suis un peu déçu que les politiciens optent pour une approche personnelle, car ce n’est pas à propos de moi, pas du tout, c’est à propos du portrait global. Oui, je suis hypocrite de faire ce que j’aime pour gagner ma vie. Nous avons tous des passions différentes; c’est de cette façon.»

«Il y a des solutions pour le futur pour que nous ne dépendions plus des énergies fossiles. C’est excitant. Ce qui est vraiment important, c’est le message: nous avons besoin de procéder au changement et nous retirer des énergies fossiles.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.