/regional/quebec

Construction du tramway: des commerçants du quartier Montcalm inquiets

Des commerçants craignent de devoir fermer boutique en raison des travaux pour la construction du tramway prévus à partir de 2023 et qui vont durer plusieurs mois, voire quelques années.

• À lire aussi: Étienne Grandmont succède à Catherine Dorion dans Taschereau

• À lire aussi: «On va le faire le 3e lien», affirme Éric Caire

• À lire aussi: D’autres rues partagées dans Limoilou et Maizerets pour faire passer le tramway de Québec

Un sondage réalisé par la firme SOM montre que 95 % des répondants sont d’avis que la période des travaux aura un impact négatif ou très négatif sur leur commerce.

Qui plus est, 44 % croient que les travaux vont les mener à la fermeture de leur entreprise, qui vient tout juste de passer à travers l’enfer de la pandémie.

«C’est sûr que les travaux c’est très préoccupant et il y a aussi tout l’impact que va avoir le tramway sur les stationnements et sur le mode de circulation dans le quartier. Je vous dirais qu’il y a beaucoup d’inquiétudes à ce niveau-là aussi», affirme Jean-Sébastien Adem, président de la Société de développement commercial (SDC) du quartier Montcalm, qui a commandé le sondage.

Jean-Sébastien Adem, président de la Société de développement commercial du quartier Montcalm.

Photo Jérémy Bernier

Jean-Sébastien Adem, président de la Société de développement commercial du quartier Montcalm.

La cote de popularité du tramway est assez basse chez les 225 membres de la SDC.

Parmi les répondants, seulement 37 % se disent en faveur du projet. La voie partagée fait également beaucoup de sceptiques alors que 69 % sont défavorables et très défavorables à ce concept.

Des commerçants en colère  

Il ne faut pas marcher très longtemps sur le boulevard René-Lévesque pour rencontrer des commerçants qui sont totalement en désaccord avec la mise en place d’un tramway qui va passer directement devant leur porte.

«Moi j’ai peur de la fermeture», lance catégoriquement Marc-Antoine Muñoz du restaurant La Scala.

Il se questionne sur plusieurs décisions qui ont été prises par le bureau de projet et entérinées par les élus.

«Pourquoi ils veulent faire une dalle de béton surélevée? Tu vas partout dans le monde [...] les autos passent dessus [le tramway]. D’après moi, c’est pour emmerder les automobilistes.»

Même discours pour la propriétaire du Centre du bien-être, Florence Guigner, qui se demande, en plus des problèmes majeurs occasionnés durant les travaux, où ses clients et ses fournisseurs vont se garer après la construction du tramway.

«Il n’y a que des points négatifs. Je pense que le tramway, au début, a été pensé souterrain sur René-Lévesque.»

Une idée qui est soutenue par M. Muñoz, très au fait du dossier. «Quand ils nous ont rentré l’idée d’un tramway dans la tête, il était souterrain ici. Il rentrait à Turnbull et sortait à des Érables.» 

Pour sa part, Yves Ledoux du Pub Galway sur la rue Cartier ne mâche pas ses mots.

Yves Ledoux du Pub Galway sur la rue Cartier.

Photo Didier Debusschère

Yves Ledoux du Pub Galway sur la rue Cartier.

«Ça fait 25 ans que les gens nous disent qu’ils se sont acharnés pour trouver un stationnement [...] Nous autres, les épais, on va aller leur enlever 500 places de stationnement avec aucune solution. C’est sûr que je suis inquiet pour mon commerce et pour le commerce de mes chums.»

Améliorations  

Le maire Bruno Marchand, en qui les commerçants de la SDC ont cru concernant le projet de tramway, s’était engagé à apporter dix améliorations au tramway, notamment d’abaisser la dalle de béton à certaines intersections et de diminuer la présence des fils.

«Depuis qu’il a été élu, il a changé son fusil d’épaule», lance Marc-Antoine Muñoz. «M. Marchand c’est un rêveur.»

Le propriétaire du restaurant La Scala voudrait un référendum et il ne comprend pas pourquoi le maire de Québec hésite.

Comme plusieurs de ses collègues, il croit que ce genre de projet passe par l’acceptabilité sociale. «Si le maire Marchand est si fier de ses sondages, pourquoi a-t-il peur d’un référendum?»

—Avec la collaboration de Jérémy Bernier

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse nouvelles.quebec@tva.ca ou appelez-nous directement au 418-688-2030.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.