/news/world

PHOTOS | Double meurtre en Amazonie: le bateau des victimes retrouvé

Le bateau dans lequel le journaliste britannique Dom Phillips et l'expert brésilien Bruno Pereira se trouvaient quand ils ont disparu avant de se faire tuer par balles en Amazonie a été retrouvé dimanche soir, a annoncé la police.

«L'embarcation sera soumise à une expertise dans les prochains jours pour contribuer à l'élucidation complète des faits», a expliqué la Police fédérale brésilienne dans un communiqué.

• À lire aussi: Les laborieuses recherches sur la piste des disparus d'Amazonie

• À lire aussi: Disparus en Amazonie: des restes humains retrouvés durant les recherches

• À lire aussi: Découverte d'effets personnels des deux disparus en Amazonie

Selon la police civile de l'État d'Amazonas (nord-ouest), le bateau a été retrouvé sous l'eau, «à vingt mètres de profondeur, à trente mètres de la rive, lesté de six sacs de sable, pour l'empêcher de flotter».

Avec le petit bateau blanc recouvert de boue, les autorités disent avoir retrouvé «un moteur et quatre tambours appartenant à Bruno Pereira».

Le lieu où se trouvait l'embarcation a été indiqué par Jeferson da Silva Lima, surnommé «Pelado da Dinha», le troisième suspect arrêté samedi.

La Police fédérale a expliqué dans un communiqué avoir identifié «cinq autres personnes qui auraient pris part à la dissimulation des cadavres», qui ont été retrouvés mercredi et identifiés ces derniers jours.

Mardi soir, le premier suspect arrêté a reconnu avoir enterré les corps de Dom Phillips et Bruno Pereira, qui ont été tués par arme à feu selon les enquêteurs.

Ils avaient été vus pour la dernière fois le 5 juin, alors qu'ils prenaient un bateau vers Atalaia do Norte (nord-ouest), dans la Vallée de Javari, zone réputée dangereuse où se déploient de multiples trafics de drogue, de pêche ou d'orpaillage illégal.

Les policiers ont indiqué que les éléments dont ils disposaient à ce stade de l'enquête laissaient penser «que les tueurs ont agi seuls, sans commanditaire, sans une organisation criminelle à l'origine des meurtres».

Une version contestée par l'Union des peuples indigènes de la Vallée de Javari (Univaja), dont des membres ont activement participé aux recherches.

L'Univaja a annoncé lundi dans un communiqué avoir prévu cette semaine des réunions en haut lieu à Brasilia, notamment à la Cour suprême et à la Commission de Constitution et Justice du Parlement, pour «faire pression sur les autorités pour que la Police fédérale joue son rôle dans l'enquête» sur le double meurtre.

Selon cette organisation, pour laquelle Bruno Pereira travaillait ces dernières années afin d'aider les autochtones à surveiller leur territoire contre des intrusions d'orpailleurs ou pêcheurs illégaux, «une puissante organisation criminelle (...) a planifié le crime dans ses moindres détails».

Selon plusieurs experts, la pêche illégale d'espèces menacées dans la vallée de Javari est, le plus souvent, sous le contrôle de narcotrafiquants qui utilisent la vente de poissons pour blanchir de l'argent de la drogue.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.