/news/world

Il aurait tué à coups de barre de fer son collègue et amant présumé de sa femme

Un homme qui se serait fait ridiculiser par des collègues de travail en se faisant dire que sa femme l’aurait trompé a tué celui qui serait en cause en le frappant à de multiples reprises avec un tuyau en métal, en Californie. 

L’accusé, Jose Gutierrez-Rosales, en avait assez des blagues et des moqueries. Certains collègues feignant même d’appeler sa copine en riant. 

«Ils ont provoqué tout cela», a expliqué l’homme aux enquêteurs de police. 

Le meurtre se serait produit le 18 avril dernier alors qu’il travaillait avec le collègue suspecté d’avoir eu une relation avec sa copine. 

«Il y a eu un accident», a expliqué l’accusé aux enquêteurs selon les documents de cour obtenue par la chaîne locale KGET.

«Nous étions en train de prendre les tuyaux. J’ai mangé deux tacos, et j’ai senti quelque chose de bizarre dans mon corps. Tout d’un coup, j’ai saisi un tuyau et je m’en suis pris à lui», a déclaré l’homme. 

Il a aussi dit qu’il lui parlait pendant qu’il le frappait avec le tuyau métal. 

«Ça, c’est pour t’en être pris à ma famille», aurait-il dit.

Jose Gutierrez-Rosales, 49 ans, a été accusé de meurtre au premier degré et est détenu depuis. 

Fractures au visage 

Sa victime, Hector Javier Castaneda Vasquez, 56 ans, est mort sur place. Il avait de nombreuses fractures et coupures au visage ainsi qu’à l’arrière de la tête.

Plusieurs dents ont été arrachées. 

Les documents judiciaires ne permettent pas de savoir si Gutierrez-Rosales était réellement marié. Une femme dont le nom n’a pas été divulgué a déclaré aux enquêteurs qu'elle et Gutierrez-Rosales étaient en couple depuis trois mois, mais s'étaient séparés plusieurs semaines avant le meurtre. 

Elle a dit qu'il avait des problèmes de gestion de la colère. 

Les policiers ont arrêté Gutierrez-Rosales le 28 avril. 

Certains de ses collègues qui ont été témoins du meurtre l’ont identifié. 

Un témoin a déclaré à la police qu'il avait d'abord pensé que Gutierrez-Rosales tuait un serpent. De son angle, il ne pouvait pas voir l'objet frappé quatre ou cinq fois avec ce qui semblait être une longue perche. Un autre collègue a crié «stop». 

Après avoir tué Vasquez, Gutierrez-Rosales a abandonné son véhicule et a commencé à marcher. Il a demandé pardon à Dieu et a commencé à se couper avec un petit couteau. 

Il a dit qu'il savait qu'il se ferait prendre. S'il avait vraiment voulu fuir, il serait allé au Mexique, a-t-il déclaré aux enquêteurs. 

«Je vais assumer mon crime comme un homme», a-t-il ajouté.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.