/news/politics

Bilan: la CAQ «think big» pour la Capitale-Nationale

PHOTOS Marcel Tremblay/Agence QMi

Malgré les récents accrochages entre le gouvernement et la Ville de Québec à propos du tramway et du nickel, Geneviève Guilbault est convaincue que Bruno Marchand soutient l’approche «inclusive» de la CAQ en matière de développement économique pour la grande région de la Capitale-Nationale.

• À lire aussi: À qui les Québécois font-ils confiance pour affronter une récession?

• À lire aussi: Nouvelle visite de Legault à Sherbrooke

Ce serait même le cas de l’ensemble des élus et des entrepreneurs de la grande région de Québec, a fait valoir Mme Guilbault en vantant les mérites du «développement économique inclusif» lors du bilan des élus caquistes de la Capitale-Nationale.

«Cette vision économique qu’on a portée, elle a toujours été de Portneuf à Charlevoix. Moi je l’ai dit dès qu’on est arrivé, et elle a toujours inclus Wendake, elle a toujours inclus Lévis, parce que si on veut se créer un véritable pôle, une véritable deuxième métropole de création de richesse au Québec, en dehors de Montréal, il faut se regrouper, il faut être inclusif, il faut être ouvert, il faut être interrives.»

Selon la ministre responsable de la Capitale-Nationale, le gouvernement a fait le pari que cette approche était la «meilleure décision pour tout le monde», en convenant toutefois que celle-ci peut «plaire ou déplaire».

«Quand on parle aux entrepreneurs, tout le monde est d’accord sur le fait qu’on a tout à gagner à être plus visionnaire et plus inclusif, a-t-elle dit. ‘’Think big’’, comme disait un personnage bien connu d’un film bien connu au Québec. Alors nous on ‘’think big’’ pour notre Capitale-Nationale.»

Interrogée plus spécifiquement à propos de sa relation avec le maire de Québec, Bruno Marchand, la ministre a exprimé que le gouvernement «travaille avec la Ville de Québec comme (il) l’a toujours fait», et qu’elle est convaincue que M. Marchand adhère à «l’approche régionale» de la CAQ.

«Je pense bien que M. Marchand est d’accord sur le fait que si on veut gagner comme grande région de la Capitale-Nationale, si on veut gagner sur le plan de l’attractivité pour des investissements privés, pour des emplois payants, pour de l’immigration, pour de grands événements, etc., bien on a intérêt à prendre de l’envergure plutôt que d’en perdre», a dit Mme Guilbault.

Rappelons que le maire de Québec avait, au printemps, émis certaines réserves à propos du projet de troisième lien qui risquerait selon lui d’encourager l’étalement urbain. M. Marchand s’était aussi attiré des reproches de certains élus caquistes à propos du concept de rue partagée pour le tramway. Le ministre Caire l’avait notamment accusé de mener une guerre à l’auto.

Mobilité durable

L’approche «inclusive» qui aurait été celle du gouvernement dans les dernières années n’est pas qu’une affaire de développement économique, elle s’étendrait aussi à la gestion en matière de mobilité, a ajouté Geneviève Guilbault.

La ministre a rappelé les «10 milliards $ investis en mobilité durable» dans de projets tels que le tunnel Québec-Lévis, le tramway, et même l’élargissement des autoroutes visant à mieux desservir les banlieues, et l’importance de ces projets pour la qualité de vie et le développement de la région.

«Parce que tu peux avoir les plus grands rêves pour ta région, pour tes deux régions, parce que j’inclus Chaudière-Appalaches là-dedans, mais ça te prend une toile de mobilité durable, ça prend une façon de te déplacer (...), a dit Mme Guilbault. Il faut que tu sois attractif, il faut que tu aies de la qualité de vie, il faut que tu sois capable de te déplacer justement dans une deuxième métropole appelée peut-être à continuer de se développer.»

Élections

Le bilan des élus de la CAQ de la Capitale-Nationale avait aussi un parfum électoral. Alors qu’elle vantait les réalisations de son gouvernement, qui aurait livré plus qu’il n’en avait promis pour la région, Mme Guilbault a tenu à souligner la différence de philosophie qui oppose sa formation politique à Québec Solidaire.

«Nous, on est le gouvernement du développement économique (...) et Québec Solidaire est contre le développement économique», a lancé la ministre.

«Donc à partir de là, les citoyens ont le choix entre un gouvernement qui veut créer des emplois, qui veut créer de la qualité de vie, qui veut être capable de financer les services auxquels les citoyens sont en droit de s’attendre, et un parti qui s’oppose à tout ce qu’on fait comme projet de développement dans la Capitale-Nationale.»

Ces propos n’étaient pas du goût du candidat de Québec solidaire dans la circonscription de Taschereau, Étienne Grandmont, qui a réagi en critiquant «l’absence de vision» de la CAQ pour la Capitale-Nationale.

«La CAQ n’a pas de quoi se péter les bretelles avec son piètre bilan pour Québec. Depuis quatre ans, ce gouvernement n’a rien proposé aux gens de Québec à part une autoroute à six voies sous notre fleuve et plus de nickel dans l’air qu’on respire», a déclaré Étienne Grandmont dans un communiqué de presse.

Nickel

Questionnée à propos du mutisme relatif du caucus de la CAQ dans la Capitale-Nationale eu égard à la révision de la norme de nickel, Geneviève Guilbault a fait valoir l’importance de «garder la tête froide» à propos de questions aussi délicates que la qualité de l’air.

«L’enjeu de la qualité de l’air à Limoilou, ça fait longtemps qu’il existe (...). Il existait avant le nickel, il va exister après le nickel, si on ne met pas en place des solutions durables et globales», a dit la ministre, avant de rappeler les gestes posés par le gouvernement dont elle fait partie.

«On a mis en place le comité auquel participe le Port de Québec, auquel participe la Ville de Québec, on a installé de nouvelles stations de lecture. Ce comité-là va vraiment faire un travail scientifique, objectif, à tête froide, et va nous faire des recommandations par rapport à la qualité de l’air globalement».

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.