/news/travel

Chaos des passeports: des places à vendre dans les files

Plusieurs profitent du chaos qui règne près des bureaux de Service Canada de la province pour faire des affaires en vendant leur place dans les files d’attente. 

• À lire aussi: EN IMAGES | Files, camping et frustration partout au Québec pour les passeports

• À lire aussi: Chaos pour les passeports: «on est en train de faire tout ce qu’on peut», dit Trudeau

• À lire aussi: Crise des passeports : citoyens exaspérés, journaliste expulsé

À Québec, Simon L’Heureux et Sylvain Côté ont réussi, mardi matin, à vendre leurs places pour 100$ chacune. 

«On commence à les installer, on passe la nuit dehors, et là, une fois qu’on est rentré et qu’on a des bonnes places, ça nous permet de les vendre à du monde qui sont plus loin dans la file et qui sont prêts à payer le plein prix pour pouvoir passer et avoir leur passeport aujourd’hui», explique l’un d’entre eux à TVA Nouvelles. 

Les places se sont envolées en seulement 15 minutes. 

Payés pour attendre      

Plusieurs personnes offrent aussi leurs services pour aller faire la file devant les bureaux de Service Canada sur différents sites d’annonces classées. 

Un utilisateur propose d’attendre devant les bureaux de Laval ou de Montréal pour 25$ l’heure le jour, de 7h à 20h et 35$ l’heure la nuit, de 20h à 7h. 

Un autre, lui, demande plutôt 50$ l’heure. 

Une personne offre le même service, dans le Grand Montréal, de minuit à 7h du matin pour 300$.

Un simple coup d’œil rapide, mardi matin, a permis de recenser des dizaines d’annonces de personnes volontaires pour faire la file à la place des voyageurs contre rémunération.   

Des réactions politiques 

La situation est inacceptable pour la vice-première ministre du Québec.

«La moitié de nos impôts va au gouvernement fédéral alors ce n’est pas normal que les services soient aussi dysfonctionnels», lance Geneviève Guilbault.

Elle invite cependant la population à éviter les débordements.

«Il faut que tout le monde reste calme, même si on comprends très bien que c’est choquant».

Même son de cloche de la part du maire de Québec.

«Je ne peux pas croire qu’il n’y a pas d’autre système que de faire attendre des gens en file dehors à faire du camping», déplore Bruno Marchand.

Il souhaite qu’on rassure et qu’on informe mieux les citoyens qui sont forcés d’attendre des heures devant les bureaux de Place de la cité.

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse nouvelles.quebec@tva.ca ou appelez-nous directement au 418-688-2030.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.