/news/politics

Crise des passeports : les citoyens en colère s’expriment

De nombreux citoyens qui doivent faire des pieds et des mains pour obtenir leurs passeports dans des bureaux de la grande région de Montréal ont voulu dénoncer l’enfer qu’ils ont vécu au cours des derniers jours.

• À lire aussi: Chaos pour les passeports: «on est en train de faire tout ce qu’on peut», dit Trudeau

• À lire aussi: Chaos des passeports: des places à vendre dans les files

• À lire aussi: Crise des passeports: «Justin, je vous invite à venir ici. C’est impossible de traiter des citoyens comme ça»

• À lire aussi: EN IMAGES | Files, camping et frustration partout au Québec pour les passeports

Voici quelques commentaires recueillis aux bureaux de Ville Saint-Laurent et du centre-ville de Montréal, mardi matin. 

Une dame dénonçait les frais de 110$ imposés pour obtenir son document de voyage plus rapidement.

«Vous n’avez pas le choix, vous êtes obligés de payer. Si vous ne payez pas, il n’y a pas de passeport. La jeune fille au comptoir. je lui ai dit: ''vous nous forcez à payer!''. Elle m’a répondu: ''moi je ne vous ai jamais demandé de partir en voyage''», déplorait-elle à TVA Nouvelles.

Une autre personne dénonçait le fait que les règles d’attente changeaient constamment. 

«À chaque heure, les règles changent. Moi mon vol était à 5 heures ce matin, et elle m’a dit: ''si vous perdez votre vol, vous perdez votre priorité''.»

Un homme qui a réussi à obtenir son passeport a voulu souligner le professionnalisme des employés qui font du mieux possible dans les circonstances.

«Ils sont super corrects, ils sont productifs, c’est à l’extérieur le bordel! Soyez patients, moi j’ai payé des gens pour qu’ils attendent en file pour moi. Ç'a couté cher, ç'a pris trois jours, mais on l’a eu. Les imprimantes brisent! Achète des imprimantes Trudeau, arrête de dépenser ton argent, achète des imprimantes pour tes citoyens!» a-t-il dit à la caméra. 

Un homme rencontré au Complexe Guy-Favreau à Montréal n’en revenait tout simplement pas. 

«Il me semble qu’ils devraient prioriser ceux qui s’envolent à soir, et après ça, ceux qui partent demain matin et ceux qui partent demain après-midi. Mais non, c’est la confusion totale! J’ai jamais vu un système si ébranlé!», déplorait-il à Yves Poirier. 

L’homme qui doit partir mercredi n’a pas son passeport, et n’est même pas sur la liste, même s’il est arrivé à 2 heures du matin.

«Ça regarde vraiment mal, je suis vraiment déçu!»  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.