/news/homepage

L'aluminerie Alouette de Sept-Îles se convertie au gaz naturel

L’aluminerie Alouette de Sept-Îles a complété son projet de conversion de ses fours à cuisson des anodes, qui sont désormais tous alimentés au gaz naturel plutôt qu’au mazout, ce qui permet à l’aluminerie de réduire ses émissions de gaz à effet de serre.

Alouette est ainsi devenu le premier utilisateur de gaz naturel liquéfié sur la Côte-Nord, à la suite de deux ans de travaux et des investissements de 23 millions $.

Les quatre fours ont été modifiés et 75 rampes ont été remplacées pour permettre cette conversion. Ce changement permet à l’aluminerie Alouette de réduire de 30 % ses émissions de gaz à effet de serre lié à la production des anodes. L’utilisation du gaz naturel est aussi plus efficace et facilite l’entretien des équipements.

«C’est un projet qui a été assez complexe, merci, avec les défis de la COVID. Ça élimine l’ensemble de l’utilisation du mazout lourd. C’était le seul endroit chez Alouette où on utilisait ce combustible-là», a raconté Michel Lussier, vice-président aux Ressources humaines et affaires corporatives d’Alouette.

Le gaz naturel utilisé par Alouette provient des installations d’Énergir à Montréal, où il est liquéfié et transporté dans des isoconteneurs à une température de -162 degrés Celsius. Il est par la suite transporté par voie routière sur une distance de 900 kilomètres jusqu’à Sept-Îles où il est stocké, puis vaporisé pour son utilisation sous forme gazeuse dans les fours à cuisson des anodes.

Une dizaine de livraisons par semaine sont nécessaires pour alimenter l’aluminerie. Des isoconteneurs pouvant contenir 30 % plus de GNL que les camions-citernes conventionnels ont été spécialement conçus pour ce projet

«L’innovation ici a été de pouvoir concevoir un isoconteneur qui est de 53 pieds, plus long que la norme mondiale par rapport aux isoconteneurs de GNL», a expliqué Jean-François Jaimes, directeur du développement des énergies renouvelables et GNL d’Énergir.

«Les normes de capacité et de poids au Québec pour le transport nous permettaient de concevoir un isoconteneur plus grand. C’est un mode de transport que l’on juge très sécuritaire», a-t-il ajouté.

Alouette a bénéficié d’une aide financière du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles couvrant la totalité du projet de 23 millions $.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.