/news/society

Le Parc olympique forcé d'annuler tous ses cours de natation

La pénurie de main-d’œuvre frappe de plein fouet les clubs de natation au Québec. 

• À lire aussi: Effort général pour former des sauveteurs aquatiques

D’un bout à l’autre de la province, des clubs aquatiques doivent annuler des cours en raison d’un manque de moniteurs et monitrices.

L’Association des responsables aquatiques du Québec (ARAQ) estime que l’offre de cours de natation a été réduite d’environ 40% dans certains secteurs de la province.

Le Parc olympique de Montréal, qui est le plus grand centre aquatique du Canada, a tenté pour la saison estivale d’offrir des cours de natation à des enfants, sans succès. 

En entrevue, le porte-parole du Parc olympique, Cédric Essiminy, a expliqué que c’était la première fois que l’organisation se lançait dans l’offre des cours de nage.

Cependant, comme l’explique M. Essiminy, l’organisation s’est butée à un problème de taille : «on s’est retrouvé avec un besoin d’expertise fine, parce que les moniteurs que nous recherchons devaient à la fois être sauveteur et moniteur».

Il ajoute que «le besoin était très particulier» et que malheureusement, «on [Parc olympique] a été obligé d’écarter cette possibilité-là».

Le problème de rareté de main-d’œuvre dans le milieu de la natation risque de perdurer pour toute l’année, puisque les moniteurs, souvent jeunes, vont retourner sur les bancs d’école à temps plein.

Réseaux sociaux

Plusieurs parents se tournent vers les réseaux sociaux dans l'espoir de trouver quelqu'un qui enseignera à leurs enfants les essentiels de la natation.

Dans son plan d'action pour valoriser la pratique du sport, la ministre Isabelle Charest a annoncé la gratuité dès l'automne pour la formation des moniteurs.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.