/news/world

Les appels à la grève des compagnies aériennes européennes se multiplient

Le ciel européen s'assombrit un peu plus à l'approche de la saison estivale avec la multiplication des appels à la grève dans plusieurs compagnies aériennes où les salariés, sous pression face à la reprise brutale du trafic, réclament une amélioration de leurs conditions de travail.

• À lire aussi: Transport aérien et ferroviaire: la fin pour le passeport vaccinal

• À lire aussi: Billets d’avion à 500$ en région: de l’ombre au tableau

• À lire aussi: «On a été facturé, mais on attend toujours notre passeport»

La colère s'est répandue comme une traînée de poudre chez Ryanair. En quelques semaines, les syndicats de cinq pays ont appelé les salariés de la compagnie à la grève le week-end prochain.

Espagne, France, Belgique, Portugal, Italie: partout les hôtesses et stewards (PNC) demandent le respect du droit du travail et des hausses de salaires alors que la compagnie irlandaise s'apprête à connaître un été florissant avec une activité supérieure à celle de 2019.

En France, «la compagnie ne respecte pas les temps de repos tels qu'ils sont prévus par le code de l'aviation civile», a indiqué le représentant du Syndicat national des personnels navigants commerciaux (SNPNC) Damien Mourgues. Son syndicat demande aussi une revalorisation salariale pour des salariés qui sont «payés au salaire minimum». Deux journées de grève ont été annoncées pour samedi et dimanche en France par le SNPC, syndicat des hôtesses et stewards.

En Espagne, les syndicats USO et SITCPLA appellent les PNC de la compagnie irlandaise à se mettre en grève les 24, 25, 26 et 30 juin ainsi que les 1er et 2 juillet. Au Portugal, les personnels de Ryanair sont eux aussi appelés à se mobiliser du 24 au 26 juin afin de protester contre les dégradations des conditions de travail, tout comme en Belgique.

La compagnie a assuré mardi qu'elle ne s'attendait pas à «des perturbations majeures».

«Ces grèves de syndicats minoritaires ne sont pas soutenues par nos équipages. Aucun n'a participé à la grève italienne du 8 juillet», a indiqué la direction de Ryanair. «Nous négocions depuis quelques mois une amélioration des accords collectifs, qui concernent 90% des collaborateurs en Europe», et «ces négociations se passent bien», a poursuivi la compagnie.

La colère touche aussi la low-cost britannique EasyJet puisque l'Union syndicale ouvrière (USO) prévoit neuf journées de grève en juillet dans les aéroports de Barcelone, Malaga, et Majorque dans les îles Baléares.

Ce mouvement se traduira par des débrayages du vendredi au dimanche pendant trois des quatre week-ends du mois de juillet, a précisé l'USO. Seuls les 23 et 24 juillet restent épargnés à ce stade.

D'après l'USO, «le personnel navigant d'EasyJet en Espagne a actuellement un salaire de base de 950 euros» par mois, soit le «salaire le plus bas» de «l'ensemble des bases en Europe».

La compagnie a voulu «rassurer ses clients» mardi, assurant que tous ses vols sont maintenus ce week-end et qu'elle «fera tout pour éviter les perturbations».

Cependant, si l'action est maintenue, EasyJet s'attend à «quelques perturbations» de ses vols depuis ces aéroports espagnols.

Les 12 et 13 juin dernier, une grève avait déjà provoqué l'annulation du quart du programme de Ryanair en France, soit environ une quarantaine de vols. Michael O'Leary, le directeur général de Ryanair, avait balayé d'un revers de main la multiplication de ces mouvements sociaux.

«Nous assurons 2.500 vols par jour. La plupart de ces vols continueront à être assurés, même si un syndicat de «Mickey» fait grève en Espagne ou si les syndicats belges du personnel de cabine veulent faire grève ici», avait-il déclaré lors d'une conférence de presse à Bruxelles le 14 juin.

Dimanche, les pilotes de Ryanair ont décidé de se joindre à leurs collègues PNC et appelé à leur tour à cesser le travail à partir de vendredi. Les personnels de la compagnie nationale Brussels Airlines, filiale de Lufthansa, font eux grève à partir de jeudi et pour trois jours.

Les compagnies low-cost connaissent un rebond d'activité fulgurant depuis la levée des restrictions imposées par la pandémie de Covid-19. Avec la reprise rapide du trafic, de nombreuses compagnies se retrouvent contraintes d'annuler des vols en raison du manque d'effectifs.

Dans les aéroports, la pénurie de personnel provoque aussi des annulations en série et l'allongement des files d'attente. À Paris-Charles de Gaulle, les salariés sont appelés à cesser le travail à partir du 1er juillet.

Lundi, la fédération européenne des travailleurs du transport (ETF) avertissait dans une lettre ouverte que «le chaos auquel fait face le secteur aérien ne fera que s'aggraver tout au long de l'été tandis que les travailleurs sont poussés à bout».

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.