/finance/homepage

Seconde hausse du prix du lait cette année

La Commission canadienne du lait (CCL) a proposé, mardi, une seconde hausse du prix du lait cette année, afin d’aider les producteurs laitiers étranglés par l’inflation dans le domaine agricole.

• À lire aussi: Rapport du DPB: l’inflation a atteint «son niveau le plus élevé»

• À lire aussi: Inflation: la pression toujours plus forte pour les petites épiceries

En vertu d’un avis de la CCL déposé mardi, le prix de l’hectolitre (100 litres) de lait augmentera de 1,92 $ à partir du 1er septembre, ce qui se traduira par une hausse d’un peu moins de 2 cents le litre.

«Cette hausse du revenu des producteurs compensera en partie les coûts de production qui grimpent en raison de l’inflation. Les coûts associés aux aliments pour animaux, à l’énergie et aux engrais ont particulièrement été touchés et ont augmenté de 22 %, de 55 % et de 45 % respectivement depuis août 2021», a exposé la CCL pour justifier sa décision.

Écoutez l'entrevue d'Alexandre Moranville avec Sylvain Charlebois sur QUB radio : 

Cette hausse aura pour effet de faire bondir d’environ 2,5 % le coût du lait utilisé dans l’industrie laitière, que ce soit pour vendre en pinte ou transformé en yogourt, en fromage ou en beurre.

C’est la seconde fois en 2022 que le prix du lait augmentera. En février dernier, une hausse de 6,31 $ l’hectolitre consentie par la CCL est entrée en vigueur, avec un impact d’environ 8,4 % sur le coût du lait utilisé par l’industrie.

«Dans les cinq dernières années, l’indice des prix à la consommation pour les produits laitiers a augmenté de 7,7 %. En comparaison, l’indice pour la viande a crû de 14 %, celui pour les œufs, de 21 % et celui pour le poisson, de 32 %», a toutefois tempéré le gestionnaire du système de gestion de l’offre au Canada.

Le cabinet de la ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire, Marie-Claude Bibeau, a donné son appui à la décision de la CCL.

«Le prix des aliments a connu une hausse importante au cours des derniers mois et cette inflation crée un stress pour les familles canadiennes. Il en va de même pour le coût des intrants pour nos productrices et producteurs agricoles», a rappelé le bureau de la ministre.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.