/news/world

Un «échec absolu» de la réponse policière à Uvalde

La réponse policière à l'irruption d'un tireur dans une école à Uvalde, où il a tué 19 enfants et deux enseignantes le 24 mai, a été un «échec absolu», les agents ayant notamment attendu une clé qui n'était «pas nécessaire», a fustigé mardi un responsable de la sécurité publique du Texas.

• À lire aussi: Le chef de police d’Uvalde défend la réponse de son équipe le jour du massacre

• À lire aussi: Des policiers ont raté leur chance d'abattre le tireur d’Uvalde, selon un rapport

• À lire aussi: L'accord sur les armes à feu au Sénat américain soutenu malgré ses lacunes

«Nous savons une chose : il y a des preuves irréfutables que la réponse des forces de l'ordre à l'attaque de l'école primaire Robb a été un échec absolu et va à l'encontre de tout ce que nous avons appris au cours des deux dernières décennies depuis le massacre de Columbine» dans un lycée en 1999, a déclaré le directeur du département de la sécurité publique du Texas, Steven McCraw, devant un comité d'enquête du Sénat de l'État.

Le temps mis par la police - plus d'une heure - pour entrer dans la classe et tuer le tireur de 18 ans est l'objet de vives critiques depuis la tuerie, et M. McCraw a enfoncé le clou lors de cette audition télévisée.

«Trois minutes après l'entrée de l'individu dans le bâtiment ouest, il y avait un nombre suffisant d'agents armés portant des gilets pare-balles pour l'isoler, le distraire et le neutraliser», a-t-il développé.

«La seule chose qui a empêché un groupe d'agents dévoués d'entrer dans les salles 111 et 112, c'est le commandant sur place qui a décidé de faire passer la vie des agents avant celle des enfants», a-t-il poursuivi, en visant l'un des chefs policiers sur place, Pete Arredondo.

«Les agents avaient des armes, pas les enfants. Les agents avaient des gilets pare-balles, pas les enfants. Les agents étaient entraînés, pas le tireur», a-t-il encore asséné.

Pete Arredondo avait assuré que la porte verrouillée de la salle de classe avait retardé l'intervention, une explication remise en cause par Steven McCraw.

«Il a attendu une clé qui n'a jamais été nécessaire», a-t-il dit.

Ce responsable avait déjà exprimé un mea culpa dans les jours qui avaient suivi la tuerie, estimant que les agents auraient dû intervenir plus vite.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.