/regional/troisrivieres/mauricie

Un projet immobilier qui ne fait pas l'unanimité à Trois-Rivières

Une quinzaine de résidents de Trois-Rivières ont montré leur mécontentement, lundi soir, lors d'une séance d'information concernant la démolition de l'ancien pensionnat des filles de Jésus pour y construire un immeuble à logements de onze étages.

Les voisins du projet, proposé par Olymbec, craignent de perdre leur tranquillité et leur intimité. «C'est désolant. On n'a pas dormi beaucoup depuis l'annonce du projet. C'est quand même onze étages et le projet comprendrait 300 stationnements, selon ce qu'on nous a dit. Ça fera donc beaucoup de circulation», a indiqué Robert Tellier, un résident du secteur.

L'immeuble à logements comprendra 177 unités d'habitation, selon les prévisions d'Olymbec. Des résidents ont mentionné se sentir impuissants face à ce projet, qui modifiera vraisemblablement leur quotidien. «On a l’impression que c’est joué d’avance. On espère qu’ils vont au moins mettre une zone verte pour couper le son et protéger notre intimité», a révélé une voisine préférant garder l’anonymat.

Alors que plusieurs résidents s'inquiètent des répercussions sur la tranquillité du quartier, d'autres pensent qu'il pourrait contribuer à renouveler le secteur.

«On a appris le projet final récemment, mais ça fait un certain temps qu'on s'attendait à ce qu'il se passe quelque chose. C'est un développement qui amènera beaucoup de mouvement. Même si notre quiétude en sera affectée, ça fera bouger le secteur. Je suis quand même en accord avec ce projet», explique Donald Thibault, un autre résident du secteur.

Dans son projet présenté aux citoyens, le promoteur projette démolir le bâtiment, mais préserverait la façade. «Les filles de Jésus sont arrivées en 1903 à Trois-Rivières. Ils ont construit en 1906 le premier gros bâtiment. Ce dernier a été remplacé par celui qu'on connait actuellement dans les années 30. Garder la façade, c'est comme se dire qu'on veut se donner bonne figure. Ça ne rappelle rien», a affirmé Jean Roy de la Société d’histoire du Cap-de-la-Madeleine.

L’historien s’interroge aussi sur la liberté des élus dans ce projet. «Olymbec est un propriétaire impérial à Trois-Rivières, il exerce une telle pression par sa propriété gigantesque qu'on peut se demander si les décideurs sont complètement libres», a-t-il indiqué.

Pour la conseillère du district de la Madeleine, Sabrina Roy, le projet est loin de faire l’unanimité. Elle a d'ailleurs affirmé qu’Olymbec souhaitait présenter un projet de plus grande envergure. Elle assure que les inquiétudes des citoyens seront transmises à tous les conseillers et au maire. Le compte-rendu de l’audition publique sera présenté aux élus avant la prise de décision qui devrait se tenir lors de la séance du 5 juillet.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.