/regional/troisrivieres/mauricie

Violente agression d’une infirmière auxiliaire à Shawinigan : Patrice St-Amand reconnu coupable

Un homme qui a violemment agressé une infirmière auxiliaire à Shawinigan a été déclaré coupable mardi de six chefs d’accusation, notamment pour voies de fait causant des lésions, voies de fait et menaces.

• À lire aussi: De nouvelles accusations contre le présumé auteur de la tentative de meurtre à Parent

• À lire aussi: Elle raconte son agression survenue dans son hôtel

En septembre 2019, Patrice St-Amand était devenu particulièrement agressif sur le site du festival de Saint-Tîte et avait dû être maîtrisé par quatre agents de sécurité et deux policiers.

TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

Semblant inconscient, l’homme avait été conduit à l'hôpital de Shawinigan où il avait subitement repris connaissance et asséné un violent coup de poing au visage d'une infirmière auxiliaire, lui cassant le nez.

L’homme de 44 ans s'est défendu en disant qu'il avait perdu connaissance et qu'il se croyait attaqué par les agents de sécurité et policiers. Une version cousue de fil blanc selon le procureur de la couronne, Me Éric Thériault. «On avait beaucoup de témoins civils qui ne connaissent à l'accusé ni d'Ève, ni d'Adam et qui n'ont aucun mobile de mentir. Quand on a six témoins qui viennent dire la même chose et que lui vient dire le contraire...», a-t-il laissé tomber.

Encore aujourd'hui, trois ans et demi plus tard, l'infirmière auxiliaire du centre hospitalier du Centre-de-la-Mauricie garde encore d'importantes séquelles et n'a pas encore repris le travail.

«Elle a énormément de lésions physiques et psychologiques, a expliqué Me Thériault. Elle voudrait travailler, mais elle ne peut pas et c'est très difficile pour elle.»

En octobre prochain, Patrice St-Amand subira un deuxième procès, cette fois pour une tentative de meurtre survenue à l'hôtel Central de Parent. En janvier 2020, il avait battu à coups de poing et à coups de pied la copropriétaire de l'établissement qui, elle aussi, conserve de lourdes séquelles.

TVA NOUVELLES/AGENCE QMI

«J'ai tout le temps des maux de tête intenses, du matin au soir. Des pertes de mémoire. J'ai aucune endurance», a confié Sylvie Lachapelle avec émotion.

D'ici là Patrice St-Amand reviendra devant la Cour le 2 septembre pour les plaidoiries sur la peine.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.