/regional/saguenay

Acte de générosité pour les sinistrés

L'appel à la générosité lancé par la Ville de Saguenay mardi a été entendu.

• À lire aussi: Évacuations à La Baie: le gouvernement bonifie son aide aux sinistrés

• À lire aussi: Un sinistre qui n’est pas couvert par les assureurs

• À lire aussi: Maison démolie à La Baie: sa collection de 6000 livres disparaîtra

Notamment, une résidente du secteur de La Baie, Marie-Josée Simard, a généreusement offert un logement au sous-sol de sa résidence, pour qu’une sinistrée puisse y loger aussi longtemps que nécessaire.

Pour Marie-Josée et sa famille, offrir cette hospitalité aux sinistrés allait de soi. Ayant elle-même tout perdu lors d’un incendie qui a ravagé la résidence familiale en octobre 2021, elle est en mesure de comprendre les épreuves qu’ils doivent traverser.

«Je me suis mise dans leur peau. On a aidé tout de suite, on ne s’est même pas posé de question moi et mon conjoint. On avait un logement en bas qui était supposé devenir un Airbnb, alors on a annulé la demande», a-t-elle expliqué.

Les gens s’étaient montrés très généreux avec Marie-Josée et sa famille lorsqu’ils ont tout perdu dans l’incendie. C’était donc tout naturel pour eux de donner au suivant.

«C’est une boule d’émotion quand on a de l’aide comme ça. On se sent un peu privilégié donc c’est pour cette raison que j’ai tout de suite sauté sur l’occasion de pouvoir donner au prochain», a-t-elle ajouté.

Une série de deuils pour plusieurs

Pour cinq familles évacuées à La Baie, les nouvelles sont moins bonnes. Elles ont appris mercredi matin que leurs résidences seront démolies. C’est le cas de Karine Minier, dont la résidence se trouve en haut du talus, sur l’Avenue du Parc. Son garage fait, entre autres, partie de ce qui a été emporté précédemment dans la coulée. Malgré les circonstances, elle fait preuve d’une grande résilience.

«Je m’y attendais. Ce qui a fait mal, c’est de réaliser que c’est vrai. Pour l’instant, ce n’est pas possible d’aller chercher des choses à l’intérieur. Je vous dirais que c’est ce qui me fait le plus mal présentement. On leur a demandé, ils ont dit qu’ils allaient faire tout leur possible seulement si c’est sécuritaire. Dans la seule demi-heure où j’ai pu aller chercher des choses, j’avais quand même choisi des choses qui étaient chères à mon cœur, des souvenirs. Mais ça s’est fait rapidement et là je me rends compte qu’il y a plein de choses que je n’aurai plus et qui sont difficilement remplaçables. De voir ce petit espoir-là s’éteindre, ça a été difficile ce matin», a-t-elle souligné.

Elle peut actuellement compter sur l’aide de ses parents où elle est actuellement hébergée.

Pas facile pour tous de se loger

Ce n’est pas évident pour tous de se trouver un logement à plus long terme. C’est le cas de Nathalie Tremblay, qui actuellement loge dans une roulotte sur le terrain de ses parents avec l’une de ses filles. Elle fait partie d’une famille recomposée. Les autres membres de sa famille sont logés ailleurs. Ils ne sont toutefois par réunis sous le même toit, car il s’avère plus compliqué pour la Ville de trouver des logements vacants et disponibles à long terme, surtout avec plusieurs chambres.

«C’est sûr que vu le concept de la situation, on aimerait bien être ensemble. Ça nous prend des chambres pour tout le monde. Peut-être deux dans la même chambre. On a eu seulement 30 minutes pour évacuer. Ceux qui vivent plus dans le bas de la montagne ont eu de 10 h à 7 h le lendemain matin pour aller chercher leurs choses personnelles. Moi, je vis dans une valise. Déjà, là, c’est difficile de trouver des logements meublés. À ce moment-là, j’aimerais qu’on puisse sortir des meubles et des effets personnels le plus possible comme d’autres ont eu le temps de faire», a-t-elle dit.

Saguenay s’est donné comme mandat de trouver des logements à long terme pour tout le monde d’ici la fin de la semaine et continue de travailler en ce sens. L’Office municipal d’habitation a également annoncé que 11 familles étaient relocalisées mercredi après-midi dans des logements temporaires. Une vingtaine de logements sont toujours disponible et certains pourront être semi-meublés, a mentionné l’organisme via un communiqué.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.