/regional/troisrivieres/mauricie

Hausse de 14,1% de la criminalité à Trois-Rivières

Les criminels sévissent de plus en plus à Trois-Rivières depuis la fin de l’année 2020. Le rapport annuel de police de Trois-Rivières enregistre une augmentation de 14,1% des activités criminelles sur le territoire en 2021.  

Après une importante diminution de 14,2% en 2020, la moyenne annuelle se rapproche à nouveau de celle des dernières années, avant la pandémie.  

Même si la criminalité n’est pas nettement plus élevée qu’en 2018 ou 2019, certains crimes ont presque doublé. « On a une augmentation au niveau des crimes contre la personne. Entre autres, ce qui est relié souvent aux dossiers de violence conjugale, d’agression sexuelle. C’est une augmentation qui est constante depuis les cinq dernières années », rapporte le directeur de la police de Trois-Rivières, Maxime Gagnon.  

La criminalité se divise en plusieurs catégories. Celle la plus touchée par la hausse, les crimes contre la personne. Ils ont augmenté de 17,3% en comparaison avec l’année précédente.  

Ensuite, les crimes contre la propriété, qui sont 9,3% plus élevés. On y compte entre autres les vols de véhicules, qui ont été particulièrement fréquents durant l’année 2021.  

Le bilan routier fait état d’une augmentation de 10,6% de constats d’infractions pour toute la période. La fin des restrictions aura certainement eu un impact sur ce chiffre, puisque le réseau routier est bien plus occupé qu’en 2020.  

Parmi les chiffres les plus frappants, les agressions sexuelles qui ont augmenté de 43,1%, tout juste après le harcèlement sexuel à 43,8% d’augmentation. Selon les données de la police de Trois-Rivières, cette hausse devrait se poursuivre en 2022.  

Les impacts sont bien visibles au Centre d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC) de la Mauricie. « Au cours de la dernière année, ce sont 4 611 personnes qui ont recours aux services du CAVAC », souligne le directeur général du CAVAC de la Mauricie, Dave Lysight. À plus de 80%, les demandes sont en lien avec des crimes contre la personne.  

L’autre fléau est celui des fraudes sur internet qui explosent. « En 2020, il y a eu une hausse de 300% de cyberattaques en entreprise. 2021, c’était pareil et 2022 ça va possiblement être la même chose et plus encore », explique le consultant en cybersécurité chez Trilogiam, Jacques Sauvé. D’où l’importance, rappelle-t-il, de protéger ses données personnelles des fraudeurs.  

Dans le rapport, il est aussi possible de constater que près de 10% moins de crimes sont résolus par les autorités. Le taux de solution se situait à près de 56% en 2020, avant de passer à près de 47% en 2021. Cette diminution s’explique par deux facteurs.  

« Si je vous donne un exemple de vols de véhicules en réseau. Si on a dix, 15, 20 véhicules qui sont volés, ça fait 20 crimes à résoudre et souvent c’est plus difficile parce que c’est un réseau organisé », décrit le chef Gagnon. Aussi, le taux d’absentéisme en raison de la pandémie, par exemple un enquêteur qui aurait contracté la COVID-19, a eu des impacts, mais difficile de les mesurer.  

À toutes ces données s’ajoutent les interventions en lien avec des troubles de santé mentale, pour lesquelles les policiers ont reçu plus 2 700 appels en 2021.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.