/regional/troisrivieres/mauricie

Un plan pour développer le secteur agricole en Mauricie

Les partenaires du développement de l’agriculture et de l’agroalimentaire en Mauricie (PDAAM) ont présenté, mercredi à Louiseville, leur plan triennal pour favoriser le développement de l’agriculture dans la région.

Lors des prochains mois, l’organisme tentera de faciliter l’émergence et le développement de projets agricoles. Il mettra également en valeur les produits régionaux pour augmenter la consommation.

«Le PDAAM est là pour favoriser le partage et l’entraide. On est là pour faciliter la collaboration», a indiqué Andréanne Renaud, la coordonnatrice de l’organisme.

«Très onéreux»

L'accessibilité aux terres fait partie des enjeux de l'industrie agricole au cœur des préoccupations des PDAAM. Une acre de terre se vend, en moyenne, 7800 $. Il s’agit d’une augmentation de 38 % par rapport à 2017.«C’est très onéreux, a dit le président des PDAAM, Larry Bernier. La relève aura besoin d’aide. Dans le cas d’une ferme qui vaut 2 millions $, il faudrait que le jeune ait une mise de fonds de 200 000 $; on va se le dire, je n’avais pas ça à 20 ans».

Au pays, plus de 125 000 fermes n'ont pas de plan pour intégrer la relève.

Le besoin d’agir est présent. En effet, le nombre de fermes a augmenté au Québec pour la première fois depuis la Deuxième Guerre mondiale. Ce sont 461 nouvelles fermes qui ont vu le jour entre 2016 et 2021.L'augmentation provient principalement du secteur acéricole. L'Estrie a connu une augmentation de 9.9 % des fermes, alors que la région Saguenay/Côte-Nord a vu croître de 8.1 % son nombre d'entreprises agricoles et le Centre-du-Québec de 3,8 %.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.