/regional/estduquebec/basstlaurent

CISSS Bas-Saint-Laurent: fragilité pour les services d'obstétrique cet été

La saison estivale s'annonce difficile dans certaines urgences de la province, alors que la situation des services en obstétrique risque d'être fragile par endroit au Bas-Saint-Laurent en raison du manque de personnel.

• À lire aussi: Fermeture d’urgences durant l’été : «C’est sûr que les soins sont affectés»

• À lire aussi: Six urgences partiellement fermées cet été au Québec

• À lire aussi: Le personnel de soutien d’Urgences-santé se dote d’un mandat de grève

Les autorités de la santé indiquent que différentes fragilités pourraient survenir pour ce service à l’Hôpital de Matane dans les prochaines semaines. Pour l'instant, la situation est stable.  

La situation risque d’être plus compliquée dans un autre hôpital.

«Le Témiscouata présente une fragilité beaucoup plus grande pour la période estivale, mais bien évidemment, on continue de faire les efforts toutes les semaines. On a fait des demandes aussi à l’équipe de dépannage RIDDO [le réseau d’infirmières de dépannage en obstétrique]. Et là, nous sommes en attente de réponses, mais tout ça va évoluer de semaine en semaine», explique la PDG du CISSS du Bas-Saint-Laurent, Isabelle Malo.

Forte demande pour la main-d'œuvre d'agence 

Il est même difficile d'avoir recours à la main-d’œuvre indépendante à certains moments cet été, puisque les agences sont très sollicitées partout en province.

«On aimerait bien pouvoir s’en passer, mais si on se passait de la main-d’œuvre indépendante, on aurait beaucoup plus de difficulté à rendre les services à la population. Beaucoup plus de ruptures de services. D’une certaine façon, c’est un choix pas de choix. On a recours à la main-d’œuvre indépendante, mais même certaines demandes que l’on fait malheureusement ne trouvent pas preneurs, parce qu’ils sont extrêmement sollicités à la grandeur du Québec», ajoute Mme Malo.

Dans le Bas-Saint-Laurent, 4,5 % des heures travaillées ont été couvertes par la main-d’œuvre indépendante dans la dernière année. Une proportion qui a augmenté depuis le début de la pandémie, mais qui reste moins élevée que bien d’autres régions du Québec, selon la PDG. Le recours aux agences permet d’éviter des bris de services.

Comme l'été dernier, l’urgence mineure du Centre hospitalier de la Mitis fermera ses portes à 16 h au lieu de 20 h les fins de semaine en raison d’un enjeu au niveau des effectifs médicaux.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.