/news/currentevents

Le meurtre de Julie Boisvenu, 20 ans plus tard

Le meurtre de Julie Boisvenu, survenu il y a 20 ans jour pour jour, a profondément bouleversé la population québécoise et a changé à jamais les droits des victimes d'actes criminels.

• À lire aussi: Le meurtrier de Julie Boisvenu pourrait demander sa libération

Le 23 juin 2002, Julie Boisvenu, alors âgée de 27 ans, venait de quitter sa meilleure amie, avec qui elle était sortie au bar, quand son destin a dérapé de la pire des façons.

Son amie et elle avaient passé toute la nuit à festoyer au bar Le Living Room, à Sherbrooke, et devaient se retrouver à l'aube pour aller camper. Alors que Julie avait envie de continuer les festivités, Marie-Ève voulait aller se reposer avant leur départ. C'est donc vers 4h15 du matin, devant l'hôtel Ramada, que les deux amies se sont souhaités bonne nuit en s'enlaçant, sans se douter que ce serait la dernière fois.

En l'espace d'un instant, au moment où Julie s'apprêtait à monter dans sa voiture, elle a été enlevée. Plus tard, elle sera séquestrée puis violée, avant que sa vie lui soit brusquement volée.

Le corps de la jeune femme a été retrouvé une semaine plus tard dans un fossé du chemin Rivard, dans l'arrondissement de Bromptonville.

Un prédateur passé entre les filets

La nuit de la disparition de Julie, entre 3h15 et 3h50, un individu au comportement louche a été interpellé à deux reprises, et son véhicule mauve se trouvait à l'endroit même où les policiers retrouveront la voiture abandonnée de Julie, un peu plus tard. Sans papiers d'identité, l'homme s'est identifié comme étant Lucas Bernier et a affirmé avoir emprunté la voiture de son frère, Hugo. Après vérifications, les informations semblaient concorder.

Ce que les policiers ignoraient cependant, c'est que l'individu en question était bel et bien Hugo Bernier, condamné deux ans plus tôt pour le viol et la séquestration d'une femme en Gaspésie. L'homme de 23 ans était encore en probation pour son crime lorsqu'il a enlevé Julie Boisvenu.

Au terme de son procès pour le meurtre de la jeune femme, Hugo Bernier a été condamné à la prison à vie.

La lutte d'une vie

Le père de Julie, Pierre-Hugues Boisvenu, ne saura jamais ce que sa fille serait devenue si Hugo Bernier ne l'avait pas tuée ce soir-là. Même si rien ne peut ramener sa fille, M. Boisvenu a au moins pu faire vivre sa mémoire, même vingt ans plus tard.

Plutôt que de se laisser emporter par la rage, le père de famille a décidé de faire du sort tragique de sa fille le combat de sa vie.

Il a entre autres travaillé à la création de l'Association des familles de personnes assassinées ou disparues, depuis venue en aide à des centaines de familles.

En devenant sénateur, il a aussi participé à l'élaboration d'une Charte canadienne des droits des victimes ainsi qu'à la réforme du Programme d'indemnisation aux victimes d'actes criminels.

Vingt ans après le meurtre de sa fille, Pierre-Hugues Boisvenu a désormais 73 ans et continue de regarder de l'avant. Et même si le nom d'Hugo Bernier fait maintenant partie du passé, il entend s'assurer que celui-ci ne représentera plus aucun danger lorsqu'il retrouvera éventuellement sa liberté.

Selon le Service correctionnel du Canada, Hugo Bernier sera admissible le 21 septembre 2024 à des permissions de sortie sans escorte et même une semi-liberté. Trois ans plus tard, le 21 septembre 2027, il pourrait être admissible à une libération conditionnelle totale.

- avec la collaboration de Jean-François Desbiens, TVA Nouvelles

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.