/news/world

Le monde est «comme un somnambule» face au risque de famine en Somalie

La communauté internationale «avance comme un somnambule» vers une famine d'ampleur en Somalie, alerte jeudi l'ONG Save The Children, appelant à un «réveil» urgent alors que des enfants commencent à mourir et que les hôpitaux atteignent leur «point de rupture».

• À lire aussi: Le risque de famine s'aggrave encore dans la Corne de l'Afrique

La Somalie connaît une des pires sécheresses depuis au moins 40 ans et d'ici septembre, 7,1 millions de personnes - soit près de la moitié de sa population - vivront dans la faim, dont 213 000 seront confrontés à une situation catastrophique et urgente, selon une évaluation menée par des agences de l'ONU début juin.

À ce jour, seuls 27,7% des 1,46 milliards de dollars nécessaires pour enrayer cette crise alimentaire ont été pourvus.

«Le monde avance tel un somnambule vers une autre famine catastrophique, du type de celles que nous avions promis qu'elles ne se reproduiraient plus. Il est temps de se réveiller. La réponse en Somalie est extrêmement sous-financée», déclare le directeur de Save the Children pour la Somalie, Mohamud Mohamed Hassan, dans un communiqué.

«La famine s'abat sur la Somalie et les cliniques pour enfants malnutris sont proches du point de rupture. Des enfants meurent maintenant et nous sommes dans une course contre la montre pour empêcher cela», ajoute-t-il.

L'ONG souligne qu'à Baidoa, une des régions les plus durement touchées située dans le sud du pays, un établissement qu'elle gère a admis en mai un nombre record de 324 enfants, près de trois fois plus qu'à la même période l'année dernière. Et sur les 19 premiers jours de juin, 330 avaient déjà été reçus.

Depuis le 1er janvier, 22 enfants y sont morts, soit presque autant que sur la seule année 2021 (23), ajoute Save The Children.

«Les gens sont submergés par une combinaison mortelle de facteurs qui dépasse de loin ce que nous avons vu en 2011», lors de la dernière famine dans le pays qui avait causé la morte de 250 000 personnes, estime Mohamud Mohamed Hassan.

La Corne de l'Afrique (Somalie, Kenya, Ethiopie) connaît une des pires sécheresses en plus de 40 ans, après quatre saisons des pluies défaillantes depuis 2020 qui ont décimé troupeaux et cultures.

La prochaine saison des pluies prévue à partir d'octobre menace d'être également insuffisante, selon des prévisions.

À ces facteurs climatiques est venue s'ajouter ces derniers mois l'explosion du prix de certaines denrées alimentaires, en raison notamment de la guerre en Ukraine.

Depuis janvier 2021, plus de 800 000 personnes ont quitté leurs foyers à la recherche d'aide, selon l'ONU.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.