/regional/sherbrooke/estrie

Un promoteur immobilier victime de discrimination étudiante?

Un important projet de 35 logements dans le secteur universitaire de Sherbrooke, en Estrie, pourrait être annulé, au moment où la crise du logement frappe durement la ville.

• À lire aussi: Il manquerait plus de 100 000 logements et maisons au Québec

• À lire aussi: Quelles sont les régions les plus problématiques au Québec pour déménager?

La possibilité d’accueillir une clientèle étudiante est vivement critiquée par le voisinage. 

Les promoteurs se questionnent s’ils sont des victimes collatérales de la discrimination étudiante.

Actuellement sur pause, cette construction d’immeuble pourrait ne jamais voir le jour si les résidents du secteur persistent à refuser que des étudiants louent les futurs logements.

Tant la Ville que les promoteurs rappellent qu’il ne s’agit pas d’un projet de résidence étudiante, mais d’un multilogement régulier, ouvert à toute clientèle.

Le zonage actuel permet la construction d’immeuble locatif de quatre unités. 

Les promoteurs souhaitaient un changement de zonage pour leur terrain afin d’accueillir un bâtiment de 35 unités.

Dans les derniers mois, le débat a largement dévié. 

Une situation qui rend inconfortable la mairesse de Sherbrooke, Évelyne Beaudin, mais aussi plusieurs élus, selon ses propos.

La mairesse a rappelé que Sherbrooke est une ville étudiante et que le quart de ses locataires sont étudiants. 

Elle a soutenu qu’il est impératif de trouver des solutions puisque la crise du logement est aussi une crise de logement étudiant.

Lors du dernier conseil municipal, les élus se sont d’ailleurs engagés à trouver des solutions et à appuyer les projets pour soutenir le logement étudiant.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.