/finance/finance

Inflation : comment mieux vivre la hausse des prix

Face à la hausse galopante des prix, les Québécois se retrouvent pris à la gorge. Il existe néanmoins des solutions pour passer cette crise en minimisant les conséquences à long terme.

• À lire aussi: L’inflation a bondi de 8,1% au Canada

• À lire aussi: La fin de l’inflation n’arrivera pas avant 2023

«Statistique Canada a confirmé 8,1% de hausse de l’indice des prix à la consommation pour le mois de juin», a expliqué Sophie Desautels, syndic autorisée en insolvabilité chez Raymond Chabot, en ondes pour LCN. Cela veut dire que pour l’achat d’un même panier entre les mois de mai et juin, il faudra s’attendre à un prix 8,1% supérieur.

Si les prix ont augmenté, les salaires, eux, stagnent. «Les salaires ont augmenté d’environ 4% l’année dernière, ce qui veut dire que le pouvoir d’achat des ménages a considérablement diminué», a-t-elle commenté.

«Quand on a un salaire moyen, on va commencer à aller puiser dans l’épargne», que ça soit sur un compte épargne à proprement parler, ou en décaissant ses REER par exemple. Cette dernière stratégie est néanmoins risquée, puisqu’elle entrainera probablement des frais à la prochaine déclaration fiscale.

Le piège du crédit

Acculés par l’inflation, «ceux qui ont des revenus plus faibles ou qui sont déjà déficitaires devront utiliser le crédit», ce qui pourrait devenir difficile à assumer, surtout lorsque l’on sait que «la semaine prochaine, le paiement minimum sur les cartes de crédit va augmenter de 3 à 3,5%.»

Cette hausse de paiement minimum des cartes de crédit n’est pas la dernière, et il y en aura plusieurs autres jusqu’en 2025, jusqu’à atteindre un remboursement minimal de 5%.

Que faire?

«Aussitôt qu’on se sent prix à la gorge il ne faut pas attendre et consulter un syndic autorisé en insolvabilité», a conseillé l’experte. Cela donnera lieu à une analyse complète de leurs dépenses, en passant au crible leurs relevés bancaires, afin de changer les mauvaises habitudes de consommation.

Il est aussi possible de vendre des biens inutiles, en passant par exemple sur les plateformes de revente sur internet, telles que le site Kijiji ou le Marketplace de Facebook.

Retrouvez l’intégralité de l’entrevue avec Sophie Desautels dans la vidéo ci-dessus.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.