/news/politics

Un dépassement de coûts de 400% du nouveau réseau de télécommunication du gouvernement

Photo d'Archives, Stevens LeBlanc

Québec prévoit de payer près de 400% plus cher que prévu pour remplacer le réseau qui permet à ses employés d’utiliser Internet. Et les travaux sont loin d’être terminés. 

En 2017, le gouvernement québécois évaluait à 8,2 millions $ la facture pour son nouveau réseau gouvernemental de télécommunication (RGT), qui doit remplacer le réseau intégré de télécommunication multimédia (RITM), maintenant jugé désuet.

Cinq ans plus tard, plus de 24 millions $ ont déjà été dépensés pour ce projet, et l’estimation du coût total de la mise en oeuvre du RGT atteint une somme de 40,7 millions $, selon le Tableau de bord des projets en ressources informationnelles du gouvernement du Québec. Il s’agit d’une augmentation de 397% par rapport à la prévision initiale.

En plus d’être utilisé par les employés de l’État pour accéder à Internet (voir encadré), le RGT doit servir à la consolidation des centres de traitement informatique, au virage infonuagique et au Dossier santé du Québec.

Contrat

En entrevue, le ministre de la Cybersécurité et du numérique explique que le passage au télétravail a changé fondamentalement les besoins pour le nouveau réseau et les enjeux de cybersécurité qui y sont associés. «Je préfère donc parler d’une augmentation de budget que d’un dépassement de coûts», dit Éric Caire.

«En 2019, on avait la capacité de gérer 750 connexions en télétravail (...). Quand le premier ministre, en mars 2020, a dit : on met la fonction publique en télétravail, on est monté à 55 000 (...). On n’est plus pantoute dans la même game», a-t-il lancé.

Le nouveau montant respecterait donc le montant prévu lors de l’appel d’offres, en 2020, après une révision des besoins, selon M. Caire.

Son ministère fait également valoir que cette portion pour la mise en œuvre du réseau s’inscrit dans un contrat plus large avec Bell Canada, d’une valeur de 144 millions $, pour l’ensemble des «services d’opération et de gestion opérationnelle» pour une période maximale de huit ans. Le fournisseur est libre de revoir le coût de chacun des volets, tout en respectant l’enveloppe globale, explique le MCN.

Malgré l’explosion des coûts et les nouveaux besoins, le ministre Caire ne croit pas que le gouvernement aurait dû présenter un nouveau projet pour son réseau gouvernemental de télécommunication.

«J’aime autant être transparent avec le citoyen et dire : écoutez, ce n’est pas la même ampleur, c’est un beaucoup plus gros projet», a expliqué le ministre.

Les coûts explosent

- Montant prévu en 2017: 8,2 M$

- Facture estimée aujourd’hui: 40,7 M$

- Le réseau est utilisé par 34 établissements du réseau de la santé et une centaine de ministères et organismes.

- À ce jour, 48 % des travaux ont été exécutés.

- La fin du projet est prévue en décembre 2027.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.