/finance/pme

Une PME sur dix qui envisage de fermer opterait pour la faillite

Closeup shot of caucasian cashier hands. Seller using touch pad for accepting client customer payment. Small business of coffee shop cafeteria.

anoushkatoronto - stock.adobe.co

Une PME sur dix qui envisage une fermeture opterait pour la faillite, selon ce que révèle une enquête de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI) publiée jeudi.

Les plus récentes données de la FCEI indiquent que 54 % des PME n'ont pas encore retrouvé leurs niveaux de vente prépandémie.

Près de deux propriétaires de PME sur trois (62 %) ont toujours des dettes liées à la pandémie, tandis que seulement 10 % ont été capables de les rembourser au complet jusqu'ici.

«Les données officielles sur les faillites des PME au pays ne tiennent pas compte des entreprises zombies ni de celles qui fermeraient tout simplement leurs portes au lieu de déclarer faillite. Notre rapport vise à élargir les perspectives relatives à l'insolvabilité des entreprises au pays et montre clairement que l'augmentation des faillites de PME n'est que la pointe de l'iceberg», a affirmé Simon Gaudreault, vice-président de la recherche et économiste en chef à la FCEI.

«Durant la pandémie, les programmes d'aides gouvernementaux ont permis à de nombreuses PME de rester ouvertes. Mais ces programmes sont maintenant terminés, alors qu'une majorité d'entre elles n'ont toujours pas retrouvé un niveau de vente normal», a précisé Jasmin Guénette, vice-président des Affaires nationales à la FCEI.

L’organisation demande aux gouvernements d’augmenter à au moins 50 % la portion subvention des prêts du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) et de reporter le délai de remboursement des prêts du CUEC qui peuvent être partiellement convertis en subvention jusqu'en décembre 2024. 

Un gel sur les hausses prévues des taxes fédérales et la réduction du fardeau des taxes provinciales sur la masse salariale sont également demandés.

«Le retour à la normale s'annonce long et compliqué pour de nombreuses PME. (...) Il ne faut pas aggraver le problème en augmentant les taxes, mais plutôt passer à l'action immédiatement pour éviter que trop d'entreprises ferment définitivement leurs portes», a ajouté M. Guénette.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.