/news/coronavirus

Un nouveau vaccin adapté à Omicron d'ici 2 semaines

Redoutant une augmentation des cas avec la rentrée scolaire qui approche, la direction nationale de santé publique a annoncé que la prise de rendez-vous pour la dose de rappel était désormais ouverte aux plus de 18 ans et qu’un nouveau vaccin adapté au variant Omicron devrait être disponible d’ici deux semaines.

• À lire aussi: Une rentrée presque normale après un «été COVID»

«On l’a vu les deux dernières années, la rentrée est une période charnière où la COVID risque de montrer des signes d’augmentation. Il n’y a pas de certitude, mais il y a des risques», a souligné le Dr Luc Boileau, directeur national de santé publique, lors d’une mise au point sur la situation mercredi.

La Santé publique rappelle par ailleurs que la vaccination demeure disponible, et que celle-ci est le meilleur outil afin de prévenir les symptômes les plus graves de la COVID.

D’ici les deux prochaines semaines, le Québec devrait recevoir les doses du vaccin bivalent de Moderna. Un vaccin de Pfizer est également à l’étude par Santé Canada.

«Quand le nouveau vaccin va arriver, on va changer le vaccin actuel pour le nouveau. On n’écoulera pas les stocks du vaccin actuel, qui est très efficace pour prévenir les complications», a expliqué le Dr Boileau.

Les mêmes priorités de vaccination seront appliquées pour ce nouveau vaccin, dont le nombre de doses disponibles devrait être suffisant pour les besoins.

La santé publique rappelle encore une fois l’importance, pour l’ensemble de la population, d’aller chercher une dose de rappel afin d’éviter les complications les plus graves liées à la COVID, d’autant qu’il reste encore des places de disponibles dans les cliniques de vaccination.

«Le vaccin n’est pas aussi efficace qu’il l’aura été avec d’autres variants pour prévenir l’infection, mais il est très efficace pour prévenir les complications. Si on ne veut pas se retrouver dans des contextes de lourdes complications avec des hospitalisations, il faut en tirer avantage», a rappelé le Dr Boileau.

Les enfants, particulièrement les plus vulnérables, pourront également se prévaloir d’une dose de rappel. Celle-ci sera toutefois avec l’ancien vaccin, le nouveau n’étant pas encore approuvé pour les jeunes de moins de 18 ans.

«Les risques de développer une forme grave de la maladie demeurent faibles pour les enfants. Mais on sait toutefois que les enfants vaccinés ont moins de risque de développer une maladie grave et d’en mourir», a spécifié le Dr Boileau.

Prudence a l’approche de la rentrée

A l’approche de la rentrée scolaire, la santé publique recommande la prudence. Des tests rapides seront notamment disponibles dans les écoles. En cas de résultat positif, la santé publique conseille de garder les enfants à la maison. La désinfection des surfaces fréquemment touchées, comme les abreuvoirs, est également recommandée.

Malgré tout, l’idée de réinstaurer l’obligation du port du masque en classe n’est pas envisagée, alors que le Québec «n’en est pas là» au niveau de la contagion actuelle.

«Le port du masque a été utile, et il était pertinent au moment où il était recommandé. Il présente des avantages, mais aussi des inconvénients sur la question du développement des enfants et de leur bonne compréhension de ce que l’autre exprime», a expliqué le Dr Boileau.

La question de la ventilation dans les salles de classe, qui a été un enjeu lors des rentrées précédentes, n’inquiète également pas trop la Santé publique.

«Les autorités du ministère de l’Éducation se sont affairées à trouver des moyens pour vérifier, la présence, ou non, de salles de classe qui pourraient être mal ventilées, et encourager des rénovations de ce côté», a soutenu le Dr Boileau.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.