/news/society

«J’ai lu les mêmes études et je n’en viens pas aux mêmes conclusions»

L’étude alléguant que de boire six verres d’alcool par semaine augmenterait les risques de développer une maladie, dont un cancer, fait énormément réagir, et certains médecins jugent qu’elle ne serait pas exacte.  

• À lire aussi: Même avec modération, l’alcool pose un risque pour la santé

Selon la recherche du Centre canadien sur les dépendances et l’usage de substances (CCDUS), un seul verre d’alcool par semaine augmenterait les risques de développer une maladie cardiaque. 

Trois verres par semaine augmenteraient les risques de développer un cancer du sein et du côlon. 

«Moi j’ai lu les mêmes études et je n’en viens pas aux mêmes conclusions. C’est clair que les Québécois en général boivent trop», explique en entrevue à LCN le cardiologue et directeur de la prévention à l’Institut de cardiologie de Montréal, Martin Juneau. 

« Il y a beaucoup de gens qui boivent 4-5- verres par jour, et donc 30 verres par semaine! Je dis toujours aux femmes de boire de boire plutôt un verre par jour, entre un et deux, mais plutôt un. Pour les hommes, on dit trois, mais moi je dis plus deux que trois», explique le médecin. 

Écoutez l'entrevue avec Dr. Martin Juneau à l’émission de Yasmine Abdelfadel diffusée chaque jour en direct 13 h 35 via QUB radio :  

Selon lui, les nouvelles données en matière de consommation d’alcool ne contredisent pas cela, mais les recommandations doivent plutôt être adaptées à chaque cas. 

Ainsi, il est beaucoup plus dangereux pour une femme qui a des facteurs de risque de développer un cancer du sein de boire plus d’alcool que les recommandations. 

Par ailleurs, les fumeurs sont aussi beaucoup plus à risque de développer des maladies et cancer lorsqu’ils consomment de l’alcool. 

«Il y a une synergie épouvantable entre le tabac et l’alcool. Vous multipliez votre risque 30 fois quand vous fumez, d’avoir un cancer de la gorge si vous buvez. Il faut regardez chaque maladie et chaque individu», croit le cardiologue. 

Protection contre l’infarctus

Par ailleurs, il soutient que l’alcool peut amener un bienfait : une certaine protection contre l’infarctus du myocarde, si vous buvez un verre d’alcool ou deux par jour.

«Une protection pour l’infarctus du myocarde, pas pour toutes les pathologies. [...] Les études montrent une diminution du risque, qui augmente par contre si vous dépassez les normes.»

Comment se fait-il que des chercheurs arrivent à des conclusions différentes?

«L’épidémiologie n’est pas une science exacte. [...] C’est loin d’être parfait alors il y a toujours un petit biais chez les chercheurs et c’est clair que des gens en santé publique voudraient qu’on ne boive pas d’alcool. Ce serait bien parce que ça diminuerait les accidents de voiture, la violence conjugale, les cirrhoses du foie, etc», détaille-t-il. 

Selon lui, mettre en place des mesures trop strictes pousserait la population à ne plus croire les chercheurs. 

«Ils vont se dire : c’est n’importe quoi! Je parlais à des Français ce matin, ils étaient horrifiés d’entendre ça!»

***Voyez l’entrevue dans la vidéo ci-dessus.***

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.