/regional/estduquebec

Le coût de l'essence fait mal aux facteurs ruraux

Les facteurs ruraux de Postes Canada, qui doivent utiliser leur propre voiture pour se déplacer, déplorent le taux d'indemnité par kilomètre qui n'a pas augmenté depuis le début de l'année, malgré la hausse du prix de l'essence.

Le taux établi par l'Agence du revenu du Canada est mis à jour une fois par an, indépendamment de la fluctuation du coût de l'essence. Or, le prix du carburant a dépassé la barre des deux dollars au cours des derniers mois et l'indemnité établie en début d'année ne suffit plus.

Dans le secteur de Rimouski, certains facteurs ruraux parcourent jusqu'à 100 km par jour pour faire leur distribution.

«Ce n’est pas 100 kilomètres sur le «cruise control», comme on dit, ou sur l’autoroute. Ils arrêtent à peu près 500 fois par journée. Ça leur coûte cher d’essence. Puis, ils sont obligés d’avoir des véhicules quand même assez gros pour pouvoir livrer leur itinéraire», a expliqué Olivier D’Amours, vice-président de la section Rimouski du Syndicat des travailleurs et travailleuses de Postes Canada.

Le syndicat a affirmé que Postes Canada a refusé de revoir les montants attribués pour l'instant. Une pétition a été initiée par des membres du syndicat de la Colombie-Britannique pour réclamer un ajustement. Plus de 5000 signatures ont été récoltées. La pétition a été déposée à la Chambre des communes.

Les facteurs ruraux espèrent que leurs revendications seront entendues par le gouvernement Trudeau.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.