/finance/homepage

Les tirages du Lotto 6/49 seront interrompus au Québec

La version améliorée de la loterie Lotto 6/49 sera repoussée dans la province en raison d’une grève des employés de Loto-Québec. 

• À lire aussi: Lotto Max: une cagnotte de 66 M$ en jeu vendredi

Loto-Québec va ainsi interrompre les tirages du Lotto 6/49 après celui du 10 septembre.

«Il est techniquement impossible de poursuivre le jeu dans sa forme actuelle au-delà de cette date puisque les autres provinces migreront vers la nouvelle version bonifiée», a justifié l’entreprise par communiqué mercredi.

Prévu pour le 14 septembre, le tirage sera reporté uniquement au Québec.

La validation des billets de Lotto 6/49 ne sera pas possible chez les détaillants ni sur l’application à partir du 11 septembre, mais les détenteurs de billet sont invités à conserver leur billet jusqu’à ce que la situation revienne à la normale.

Écoutez la brève d’actualité avec Alexandre Moranville diffusée chaque jour en direct 12 h 55 via QUB radio :

Une attitude «incompréhensible» 

Le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ) s’est dit outré de constater que Loto-Québec préférait perdre des millions plutôt que de négocier avec son personnel professionnel.

«Ces pertes sont plus élevées que les augmentations salariales réclamées par le syndicat. Cette attitude est complètement incompréhensible», a déploré le SPGQ via communiqué mercredi après-midi.

Le syndicat a affirmé qu’une séance de médiation était prévue mardi pour faire avancer les discussions, mais que l’employeur a choisi de l’annuler.

«Plusieurs de nos membres vont notamment travailler chez Hydro-Québec, une autre société d’État, parce que les conditions y sont plus avantageuses. Nous comprenons mal l’entêtement de Loto-Québec et du Secrétariat du Conseil du trésor à ne pas donner au personnel professionnel le salaire et les conditions qu’il mérite », a déclaré Guillaume Bouvrette, troisième vice-président du SPGQ et responsable politique de Loto-Québec.

Selon lui, Loto-Québec en serait réduite à se tourner vers des entreprises externes étrangères pour effectuer différents mandats. «En plus d’entraîner une perte d’expertise au Québec, le recours à des consultants coûte beaucoup plus cher, a indiqué M. Bouvrette.

Il estime que c'est au moins 25 millions $ que Loto-Québec paie en sous-traitance chaque année.

«Même en bonifiant les conditions de travail, Loto-Québec serait donc gagnante financièrement à réaliser ses projets à l’interne », a-t-il affirmé.

Fin août, les employés de Loto-Québec ont rejeté à 72 % l’entente de principe qui avait été conclue avec la direction.

 Écoutez le segment Tout savoir en 24 minutes avec Alexandre Moranville-Ouellet sur QUB radio :  

«Le personnel professionnel de Loto-Québec est particulièrement déçu de l’offre salariale de l’employeur puisqu’elle entraîne une perte de leur pouvoir d’achat compte tenu de l’inflation des derniers mois», avait alors indiqué le syndicat.

Pour les employés syndiqués, les salaires proposés et l’impossibilité de faire du télétravail à temps plein lorsque les tâches le permettent, par exemple, «vont nuire à l’attraction et à la rétention de personnel».

Le SPGQ affirme avoir proposé à la partie patronale de rencontrer conjointement le Conseil du trésor pour parvenir à un rehaussement des offres actuelles, mais que «l’employeur a ignoré cette demande» et qu’il «se borne à offrir une augmentation du nombre d’heures de travail afin d’augmenter les salaires annuels».

Les employés concernés travaillent notamment dans les secteurs des technologies de l’information, des communications, des ventes et du marketing, des finances, de l’approvisionnement et de l’immobilier, ainsi que dans le secteur juridique. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.