/news/currentevents

Tuée devant ses trois jeunes enfants

Une jeune mère dont l’ex-conjoint a été acquitté cet été de menaces de mort est décédée jeudi après avoir été poignardée dans le stationnement de l’immeuble montréalais où elle se terrait avec ses enfants.

Le crime d’une grande violence s’est produit un peu avant 9 h, sur la rue des Oblats, dans l’arrondissement de LaSalle.

Selon des amies de la victime rencontrées sur les lieux, la mère de trois enfants, dont un nouveau-né, venait d’installer les petits à bord de sa voiture lorsque son assaillant aurait fait irruption, armé d’un couteau.

Écoutez le segment judiciaire avec Félix Séguin diffusé chaque jour en direct 8 h 35 via QUB radio : 

Le suspect aurait poignardé sa victime à plusieurs reprises, lui infligeant de très graves blessures.

Le décès de Gisèle Itale Betondi, 29 ans, a été confirmé dans un centre hospitalier de la métropole québécoise jeudi en fin de journée.

Gisèle Itale Betondi

Photo tirée de Facebook

Gisèle Itale Betondi

« Elle venait à peine d’accoucher. On savait que son mari était violent. On priait toujours avec elle, a soufflé Daniela Bangangte, une amie de la victime, renversée par le drame. Elle a dû s’enfuir et demander de l’aide. »

Acquitté en juin

L’homme de 50 ans avait été acquitté en juin, à la suite d’un procès lors duquel la victime avait témoigné pour la défense, selon le procès-verbal de l’audience.

Dans une requête consultée par Le Journal, la défense avait d’ailleurs annoncé qu’elle s’attendait « à ce que la victime alléguée démente les accusations ».

L’individu, qui ne fait pas l’objet d’accusation à la suite du meurtre de jeudi, était de retour à la cour le 31 août, en lien avec des bris de conditions qu’il aurait commis en janvier. 

Il lui était alors interdit de se trouver chez Mme Betondi, de s’approcher d’elle ou même de communiquer avec elle.

Or, il aurait brisé ces trois conditions. Cet autre procès avait été fixé en décembre prochain.

Photo Agence QMI, Maxime Deland

«Elle se sauvait depuis un an»

Sur les lieux du crime, Le Journal a été témoin d’une scène déchirante, jeudi. 

Les amies de Gisèle Itale Betondi se sont effondrées devant le périmètre de sécurité, en réalisant ce qui venait de se produire.

La victime d’origine camerounaise a été décrite comme une femme calme et réservée par ses amies. Elle serait arrivée au Canada il y a un peu moins de cinq ans, parrainée par le père de ses enfants, également camerounais.

Elle n’avait pas de famille ici, mais faisait partie d’une communauté religieuse tissée serrée. Elle recevait de l’aide de ses amies pour que son ex-conjoint ne puisse pas la trouver.

« Elle se cachait de lui, soutient Daniela Bangangte. Elle se sauvait de lui depuis un an. »

Le suspect a été arrêté en fin de soirée par la police de Montréal.   

Photo Agence QMI, Maxime Deland

En début d’après-midi, plusieurs enquêteurs et techniciens en identité judiciaire se trouvaient sur les lieux de ce crime violent afin de recueillir des preuves. Un poste de commandement a d’ailleurs été déployé.

Il s’agit du 22e homicide à survenir à Montréal cette année. 

Photo Agence QMI, Maxime Deland

– Avec Maxime Deland, Agence QMI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.