/regional/montreal/montreal

Inondations: il est urgent d’adapter les infrastructures des municipalités, selon Plante

Les fortes précipitations qui ont touché la métropole mardi sont liées aux changements climatiques et témoignent de la nécessité d'adapter les infrastructures des municipalités, estime la mairesse de Montréal Valérie Plante.

• À lire aussi: Plus d’un mois de pluie est tombé en une seule journée à Montréal

• À lire aussi: Changements climatiques: les grandes villes du Québec veulent un Pacte vert

«Plus les épisodes liés au changement climatique sont importants et forts, plus notre réseau, qui n’a pas été construit pour recevoir ce genre d’épisode là [aura de la difficulté]; avant c’était une fois aux 50 ou 100 ans, maintenant, c’est rendu beaucoup plus fréquent», a soutenu Mme Plante, mercredi matin, au cours d’une réunion de son comité exécutif.

Mardi matin, Mme Plante avait pris la parole en compagnie des maires des neuf autres plus grandes Villes du Québec afin de réclamer un «Pacte Vert» avec le prochain gouvernement du Québec. Les maires demandaient un fond de 2 milliards $ par année sur cinq ans afin de pouvoir adapter les infrastructures de leur municipalité aux conséquences des changements climatiques.

Une situation «ironique», aux yeux de la mairesse Plante, vu la tempête qui s’est abattue sur la métropole seulement quelques heures après sa prise de parole.

«On peut dire qu’en deux heures, on a eu à quelques millimètres près la quantité d’eau qu’on reçoit en un mois», a-t-elle illustré.

Les municipalités ont indiqué ne pas avoir les budgets nécessaires pour mettre leurs infrastructures à niveaux. D’autant que les solutions ont souvent été «pelletées par en avant» par les anciennes administrations.

«Je vais continuer de me battre pour ce dossier. Ce n’est pas normal que ce soit les Villes qui assurent essentiellement l’adaptation de nos infrastructures, à même la taxe foncière de nos citoyens», a soutenu Mme Plante.

Mardi, dans l’après-midi, elle a d’ailleurs rencontré le premier ministre sortant, François Legault, à l’hôtel de ville de Montréal afin de lui faire part de ses revendications. Celui-ci a plutôt mentionné son ouverture à élargir certains programmes existants.

«Le message que je vais porter à tous les chefs de parti: c’est sur nos territoires que le monde vive les situations. C’est nous qui devons nous adapter et qui sommes sur la ligne de front», a réitéré Mme Plante.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.