/news/elections/face-a-face

Face-à-Face 2022: Legault sur la défensive, les attaques de Duhaime et GND font mouche

Attaqué sur sa gauche et sa droite, François Legault s’est retrouvé sur la défensive durant le premier débat des chefs du marathon électoral. Le premier ministre sortant a passé un mauvais quart d’heure, devant l’insistance de Gabriel Nadeau-Dubois et Éric Duhaime, sans être mis au tapis.    

• À lire aussi: Face-à-Face 2022: un premier débat passionné entre les cinq chefs

• À lire aussi: Qui a gagné le Face-à-Face TVA?

• À lire aussi: L’Heure juste, spécial Face-à-Face

• À lire aussi: Le Face-à-Face 2022 en 8 citations

Les leaders des différentes formations politiques sont arrivés gonflés à bloc pour le premier affrontement télévisé de la campagne dans les studios de TVA à Montréal. Si François Legault s’était déjà prêté au jeu, les quatre autres chefs en étaient à leur toute première expérience. Mais leurs attaques ont fait mouche.    

Le ton a monté dès les premières minutes de la joute oratoire entre les débatteurs au sujet du 3e lien entre Québec et Lévis. Attaqué par le conservateur, le chef de la CAQ a dû défendre son projet de tunnel sous-fluvial et surtout, des études que le gouvernement ne veut pas rendre publiques. Selon François Legault, on ne peut dévoiler des analyses qui ont été réalisées avant la pandémie et l’avènement du télétravail.     

«Je veux que vous regardiez les Québécois dans les yeux. Est-ce que oui ou non vous allez diffuser les études? Les gens ont le droit de savoir avant le 3 octobre, a raillé l’ex-animateur de radio champion des lignes assassines. On les a payées, on veut les lire avant de voter!».    

Après une première salve d’Éric Duhaime, le premier ministre sortant a dû en encaisser une seconde de la part du péquiste Paul St-Pierre Plamondon. Le 3e lien ne se fera jamais et tout le monde le sait, a-t-il scandé, reprochant au gouvernement Legault de diriger uniquement en fonction des sondages. «C'est à se demander si les architectes de leur tunnel, c'est les animateurs de RadioX», dit le chef du PQ.      

Choc Duhaime-GND 

Un brutal choc a aussi opposé le solidaire Gabriel Nadeau-Dubois et le conservateur Éric Duhaime, aux antipodes sur l’échiquier politique. L’ancien animateur de radio a reproché au parti de gauche de s’adonner à un véritable «striptease» de taxes durant la campagne électorale.   

Piqué au vif, le co porte-parole de Québec solidaire a répliqué du tac au tac que le Parti conservateur n’avait aucune préoccupation pour l’environnement. « M. Duhaime, présentez-vous comme gouverneur du Texas, vous allez être vraiment à votre place», a lancé Gabriel Nadeau-Dubois.    

Mais le chef caquiste s’en est lui aussi mêlé. À chaque fois que l’occasion s’est présentée, François Legault a brandi l’épouvantail des «taxes orange» sous un gouvernement solidaire.   

Le pire confineur!   

Le sujet de la pandémie a donné lieu à un échange corsé entre le libertarien Éric Duhaime et le premier ministre sortant, aux commandes du gouvernement qui a dû gérer la crise.   

François Legault a accusé son vis-à-vis d’avoir eu des positions irresponsables durant la l’épidémie de COVID-19 en raison de son opposition aux mesures sanitaires. «Moi je ne suis pas venu en politique pour fermer des commerces et mettre des masques. J’ai fait ça pour sauver des vies», a-t-il dit à son rival.    

Le chef conservateur n'a pas déçu ses partisans. «Comment ça se fait que vous ayez été le pire confineur du continent?», a rétorqué le conservateur.     

François Legault a aussi été attaqué sur la langue par le chef péquiste. «Jamais dans l’histoire du Québec on a vu un déclin aussi rapide que dans les quatre années de la CAQ», a signalé PSPP.    

Anglade comparée à Charest   

La cheffe libérale a tenté en vain de passer à l’attaque contre son rival solidaire, qui grappille des votes dans l’électoral libéral sur l’Île de Montréal. Dominique Anglade a accusé Gabriel Nadeau-Dubois de vouloir dépenser de l’argent public qui devrait servir à lutter contre la santé mentale pour promouvoir la souveraineté du Québec.    

Tel un boomerang, la charge Dominique Anglade s’est retournée contre elle. «Vous me rappelez Jean Charest, qui utilisait l'indépendance à chaque fois qu'il sentait qu'il allait perdre un débat!», a répliqué son adversaire, du tac au tac.   

Gabriel Nadeau-Dubois a accusé la leader libérale de ne pas avoir été à la hauteur du rôle de cheffe de l’opposition officielle, un siège que le solidaire convoite.   

Un échange sur la liberté académique a également mené à un moment inattendu lorsque Paul St-Pierre Plamondon a mis au défi Gabriel Nadeau-Dubois de nommer le livre de Pierre Vallières. Le leader solidaire a alors prononcé du bout des lèvres les mots: «Nègres blancs d’Amérique».    

- avec la collaboration de Patrick Bellerose  

Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.