/news/faitesladifference

Plus personne ne veut travailler... dans les conditions actuelles

Handsome business man woking at laptop with head ache in cafe shop at terrace.

Photo Adobe Stock

On s’exclame que « les jeunes ne veulent plus travailler ! ». La nouvelle génération de travailleurs se retrouve plus souvent qu’autrement dans des conditions de travail médiocres accompagnées d’une paye avec laquelle la seule bouffe que tu peux te permettre se trouve au dépanneur.

Les employés sautent d’entreprise en entreprise afin d’essayer de rattraper l’inflation qui fait fondre leur pouvoir d’achat, pendant que les patrons de grandes entreprises se vantent de profits records. Le modèle capitaliste d’aujourd’hui doit changer. Je crois que nous arriverons bientôt à la fin de l’ère de la croissance infinie dans un monde fini.

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

En 2016, j’ai lancé Rablab, une agence de marketing web, avec mon partenaire Jean-Philippe Dauphinais. Ce serait mentir de vous dire qu’à la fin de l’année, on ne regarde pas les profits sur notre état financier. Cependant, notre richesse personnelle a toujours été la dernière des priorités. Durant les quatre premières années de l’entreprise, la majorité des employés gagnaient presque le double du salaire des patrons. Notre philosophie : « Bâtissons la meilleure entreprise possible, et l’argent viendra après ».

Nouvelle génération

Il est très important de comprendre que la nouvelle génération de travailleurs ne veut plus un travail juste pour payer les factures. Elle a besoin d’avoir une raison de se lever le matin pour aller travailler. Elle veut vivre pleinement sa vie personnelle et être heureuse avant tout. C’est pourquoi, deux fois l’an, on s’assoit individuellement avec nos gens et on regarde ensemble ce qu’ils ont envie d’accomplir et où Rablab peut les mener. Les rencontres bisannuelles sont également accompagnées d’une augmentation salariale entre 4 % à 12 % par an.

Rablab perd volontairement une partie de son profit pour constamment réinvestir dans les conditions de travail. C’est environ 10 % de la marge de profit qui est continuellement redistribuée aux employés à travers une panoplie d’avantages.

Par exemple, la nouveauté cette année a été de tester la semaine de 4 jours. Les gens travaillent 32 heures par semaine et sont rémunérés pour 35 heures. Ils ont tous les vendredis de congé. Jusqu’à présent, nous notons une productivité qui a augmenté et des gens plus heureux le lundi. De plus, nous versons un pourcentage du chiffre d’affaires en bonus aux employés en décembre et en juin, ce qui représente entre 4000 $ et 6000 $ annuellement. Disons que ça aide à payer les cadeaux à Noël... et les vacances d’été !

En 2023, débute la construction du « Rablodge », un chalet-bureau où les gens pourront aller travailler et profiter de la nature. Ajoutez à ça un gym, un terrain de basket sur le toit du bureau, la passe de BIXI, les assurances collectives et de la télémédecine, et ça fait plus de 250 000 $ par an que nous réinvestissons dans nos employés.

Penser un peu plus aux employés

Quand on me demande : « Est-ce que le manque de main-d’œuvre vous affecte ? » La réponse est non. Notre priorité est de garder nos talents le plus longtemps possible. À mes yeux, l’objectif d’une entreprise n’est pas d’enrichir ses actionnaires. C’est de répondre à un problème, de donner de la valeur à ses clients et de faire rouler l’économie. Ne vous méprenez pas, je gagne très bien ma vie, mais pas au détriment de nos employés.

Je vois de plus en plus d’entreprises emboîter le pas : penser un peu moins aux actionnaires, et un peu plus aux employés, et ce, de manière sincère. C’est juste dommage qu’il ait fallu une pénurie de main-d’œuvre pour en arriver là !

Photo courtoisie

Nicolas Rabouille
Cofondateur de Rablab

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.