/finance/homepage

La confiance des PME fléchit légèrement en septembre

Closeup shot of caucasian cashier hands. Seller using touch pad for accepting client customer payment. Small business of coffee shop cafeteria.

anoushkatoronto - stock.adobe.co

Le niveau d’optimisme des petites et moyennes entreprises (PME) canadiennes a continué de fléchir en septembre, selon le Baromètre des affaires de la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI). 

• À lire aussi: «Si l’économie est la question de l’urne, il faut parler de fiscalité des entreprises»

• À lire aussi: Pénurie de travailleurs, qui a un plan vraient sérieux?

À l’échelle du pays, l'indice de confiance à court terme, soit trois mois, s’est élevé à 49,5, tandis que l'indice à long terme (12 mois) a perdu un point pour s’établir 52,5. 

C'est à l'Île-du-Prince-Édouard et en Nouvelle-Écosse que l'indice de confiance à court terme a perdu le plus de terrain. La Saskatchewan (51,4) et le Québec (51,2) sont les deux seules autres provinces où l'indice a dépassé la barre des 50. 

Cependant, au Québec, l'indice à court terme a continué de baisser pour le cinquième mois d'affilée (-0,6), tout comme l'indice à long terme qui a perdu 0,7 point pour s'établir à 52,3. 

«Les PME ne sont pas très optimistes parce qu'elles ne savent pas ce que leur réservent les trois prochains mois. Cet automne, les gouvernements doivent se concentrer sur les priorités des PME afin d'alléger leur fardeau financier, notamment en limitant les coûts et en améliorant la fiscalité», a déclaré Andreea Bourgeois, directrice de l'économie à la FCEI. 

Sur l’ensemble du Canada, 38% des propriétaires de PME estiment que leur entreprise se «porte bien», contre 18 % qui pensent le contraire. En ce qui concerne l'embauche de personnel à temps plein, l'industrie est divisée. Près de 18 % des propriétaires prévoient recruter du personnel, tandis que 19 % prévoient réduire leurs effectifs. 

«Les PME sont un peu moins sous pression, mais beaucoup d'entre elles restent confrontées à de nombreux défis, en particulier l'inflation et les pénuries de main-d'œuvre», a mentionné le vice-président de la FCEI, François Vincent.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.