/finance/realestate

Prix des propriétés: l’écart d’accessibilité se creuse à Montréal et Québec

Si les prix des propriétés ont commencé à baisser quelque peu partout au Canada, leurs prix ne deviennent pas pour autant accessibles pour les ménages moyens, particulièrement dans les régions métropolitaines de recensement (RMR) de Québec et de Montréal. 

• À lire aussi: Des taux hypothécaires bientôt à 8,95%?

C’est ce qu’a indiqué le plus récent rapport du directeur parlementaire du budget (DPB), qui a publié jeudi une mise à jour de son évaluation du prix des propriétés au Canada.

L’étude se penche sur le prix des propriétés par rapport à la capacité des ménages d’emprunter et de pouvoir payer pour l’achat d’une maison.

«À l’échelle nationale, l’écart entre le prix moyen et le prix qui serait abordable par un ménage moyen est passé de 45 % en décembre 2021 à 67 % en août 2022, un bond de 22 points de pourcentage en seulement huit mois», a expliqué le directeur parlementaire du budget, Yves Giroux.

Cette hausse serait due à la montée des taux hypothécaires, selon M. Giroux, ce qui aurait alors réduit la capacité d’emprunt des ménages.

Rappelons que le prix national moyen des résidences était estimé à un sommet de 839 600 $ en février 2022, mais a reculé de 7 % en atteignant 777 200 $ en août dernier.

Pour autant, les prix moyens des maisons dans la RMR de Montréal étaient supérieurs de plus de 50 % aux niveaux abordables estimés en août. Bien que moins important, le creux s’est aussi creusé du côté de la RMR de Québec.

Le DPB juge que les prix à l’échelle nationale devraient toutefois diminuer de 12 % à 23 % d’ici la fin de l’année 2022 par rapport aux sommets observés au début de l’année.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.