/news/politics

La Fédération de l’enseignement collégial se prononce en faveur à l'application de la loi 101 au Cégep

Joël Lemay / Agence QMI

La Fédération de l’enseignement collégial (FEC-CSQ) a adopté, vendredi, une résolution en faveur de l’application de la loi 101 au Cégep, devenant ainsi le deuxième gros syndicat à le faire en trois semaines.

• À lire aussi: Ottawa contre l’exigence du français pour la recevoir la citoyenneté au Québec

• À lire aussi: Cégeps anglophones: Anglade ne promet plus un gel ferme

• À lire aussi: L’heure juste: un candidat du PQ utilise des chiffres douteux pour dire que le français au Québec va descendre à 50% dans 50 ans

Les représentants des syndicats membres de la FEC-CSQ ont emboité le pas à la Fédération nationale des enseignants et des enseignantes du Québec (FNEEQ-CSN). Réunis en instance à Québec vendredi après-midi, ils ont voté majoritairement en faveur de l'application de la Charte de la langue française au niveau collégial.

«Dans le contexte d’une stratégie globale de défense de la langue française, l’application de la loi 101 au réseau collégial viserait à combattre son déclin au Québec. Nous nous engageons toutefois par la même occasion à soutenir nos membres anglophones en nous assurant notamment de défendre le maintien de l’offre de programmes actuelle aux ayants droit anglophones», a déclaré Youri Blanchet, président de la FEC-CSQ.

Au cours des derniers mois, une quarantaine de syndicats d’enseignants de cégep se sont prononcés en assemblée générale en faveur de cette mesure, notamment sous prétexte que les cégeps anglophones attirent actuellement les meilleurs étudiants francophones et allophones, au détriment des établissements où la langue d’enseignement est le français.

Satisfaction chez les enseignants

Pour les enseignants, ce changement de position constitue une étape importante franchie pour cette lutte qui vise la protection de la langue française.

Rappelons que la FNEEQ-CSN a abondé dans le même sens le 8 septembre dernier.

«C’est le regroupement au niveau national qui prend position», a expliqué Nicolas Bourdon, enseignant de littérature au Collège Bois-de-Boulogne, qui était présent vendredi lors de l’assemblée de la FEC-CSQ.

Bien que la prise de position de la FNEEQ-CSN ait eu une influence, ce dernier estime que ce résultat est principalement dû au fait que plusieurs cégeps avaient déjà pris position sur le sujet lors de leurs assemblées locales.

«Les délégués syndicaux ont traduit la voix de leur assemblée locale, ils avaient donc pour mandat de protéger cette position prise par leurs membres», a précisé M. Bourdon à l’Agence QMI.

La FNEEQ-CSN et la FEC-CSQ auront maintenant pour mandat de réclamer l’application de la loi 101 au niveau collégial.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.