/news/elections

Le PLQ formera l'opposition officielle

Le Parti libéral du Québec demeurera l’opposition officielle à l’Assemblée nationale en dépit d’un début de campagne difficile. Un important travail de reconstruction s’amorce toutefois, alors que le parti a connu le pire score de ses 155 ans d’histoire. 

• À lire aussi: Un gouvernement majoritaire pour la CAQ

• À lire aussi: «On n’a jamais été aussi loin d’amorcer le débat sur la réforme du mode de scrutin»

• À lire aussi: La soirée électorale minute par minute

En date de mardi matin, les troupes de Dominique Anglade obtenaient 21 sièges, avec seulement 14,6 % des voix. La concentration du vote dans des circonscriptions à forte proportion d’électeurs anglophones ou allophones aura donc permis au PLQ de conserver sa deuxième position. 

La cheffe libérale a également remporté sa circonscription de Saint-Henri–Sainte-Anne, disputée par Québec solidaire. 

Mais la dégringolade se poursuit pour ce parti habitué de gouverner les destinées du Québec. En 2018, la formation dirigée par Philippe Couillard avait connu ce qui était alors la pire défaite de son histoire, avec un peu moins de 25 % de votes et 31 sièges.  

Écoutez l'entrevue avec Monsef Derraji Drolet à l’émission de Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct via QUB radio: 

Le pire est évité 

Malgré ce résultat en demi-teinte, l’annonce que le PLQ formera l’opposition officielle a été accueillie par des cris de joie au Théâtre Corona, où plus d’une centaine de partisans étaient réunis lundi soir. Les difficultés lors des premières semaines de campagne et les mauvais sondages avaient fait craindre le pire aux libéraux de longue date.  

« Le travail ne fait que commencer », a déclaré Dominique Anglade, arrivée sur l’air de la chanson Unstoppable, de Sia, entourée de sa famille et des députés confirmés.  

Renouveler le parti 

La cheffe libérale a promis de rester en poste pour poursuivre le renouvellement de son parti. « Vous allez voir que, ensemble, on est capable d’accomplir de grandes choses pour un Québec qui représente l’ensemble des Québécois », a-t-elle déclaré sous les applaudissements de la foule. 

En mêlée de presse par la suite, Mme Anglade a reconnu que la reconstruction du parti devra se poursuivre. Le manque d’organisation en début de campagne était flagrant.  

« Il y a un travail à faire avec l’organisation », a-t-elle affirmé.   

Le parti pourra se targuer de ne pas être confiné sur l’île de Montréal. Tout à l’ouest de la province, André Fortin conservera son siège dans Pontiac, en Outaouais.

Écoutez la rencontre Lisée - Mulcair avec Martineau diffusée chaque jour en direct 8h50 via QUB radio :

À Laval, les circonscriptions de Chomedey et Mille-Îles resteront également dans le giron libéral tout comme le comté de La Pinière, sur la Rive-Sud de Montréal.  

Toutefois, d’autres bastions ont cédé, dont Maurice-Richard, passé aux mains de QS, et Laporte, remporté par la CAQ.  

Verdun, détenu par l’ex-ministre Isabelle Melaçon, pourrait également tomber dans l’escarcelle des solidaires, mais le résultat n’était toujours pas confirmé mardi matin.  

Parmi les nouveaux visages à surveiller, l’ex-financier de la Banque Scotia Frédéric Beauchemin, élu dans Marguerite-Bourgeoys, fera son entrée au Salon bleu. 

Dans Acadie, l’ex-procureur fédéral André A. Morin bonifiera l’équipe en matière de justice. 

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.