/finance/realestate

La chute des ventes se poursuit à Montréal

Les ventes résidentielles ont enregistré une baisse de 30 % dans la région métropolitaine de recensement (RMR) de Montréal en septembre, un ralentissement qui a aussi été constaté du côté de Québec, mais d’une vigueur moins importante.

• À lire aussi: Forte hausse de la valeur des propriétés à Lévis

• À lire aussi: Le rêve d'acheter une maison s'effondre pour les jeunes Québécois

• À lire aussi: Surchauffe immobilière: la valeur des propriétés explose à Montréal

La RMR de Montréal a recensé 2537 ventes résidentielles en septembre 2022 contre 3648 ventes réalisées pour le même mois l’an passé. Ce faible niveau de ventes n’avait pas été atteint depuis 2013.

«La rentrée se caractérise généralement par un regain d’activité, ce qui n’est pas le cas cette année», a expliqué mercredi Charles Brant, directeur du service de l’analyse de marché de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

«On observe plutôt une forte baisse tendancielle de l’activité, se traduisant par une accumulation rapide de résidences mises en vente qui ne trouvent pas preneurs dans la région de Montréal», a-t-il ajouté.

Le recul a été perçu dans tous les secteurs de la RMR montréalaise, mais particulièrement sur l’île de Montréal (-39 %), à Saint-Jean-sur-Richelieu (-38 %) et à Vaudreuil-Soulanges (-36 %). Laval a connu une baisse de 24 % des transactions tout comme pour la Rive-Nord, quand la Rive-Sud accuse une diminution de 23 %.

Dans le prolongement des mois précédents, ce sont les copropriétés et les plex qui subissent les plus grands déclins avec des baisses respectivement de 39 % et 38 % par rapport à septembre 2021. Les ventes d’unifamiliales ont diminué de 21 % sur cette même période.

«Même si la surchauffe tend à s’estomper rapidement, il faut noter que les conditions de marché demeurent à l’avantage des vendeurs, limitant la chute des prix, notamment dans les résidences haut de gamme», a observé M. Brant.

Les prix médians ont ainsi poursuivi leur chute des derniers mois, mais restent plus élevés que pour septembre 2021. Les copropriétés ont un prix médian de 380 000 $ (+4 %), les unifamiliales de 535 000 $ (+6 %) et les petites propriétés à 685 000 $ (-1 %).

Un ralentissement graduel à Québec

Le nombre de transactions a décliné de 15 % au mois de septembre par rapport à celui de 2021 dans la RMR de Québec, avec 583 ventes contre 684.

«Bien qu’en baisse par rapport à l’année dernière, lors de la même période, le marché de Québec a connu une solide activité en septembre, avantageusement comparable à 2019», a mentionné M. Brant.

«De façon générale, l’impact des récentes hausses d’intérêt ne s’est, pour l’instant, pas répercuté de manière sensible sur le marché qui ne connaît que de légers replis des prix depuis les deux plus récents mois», a-t-il fait valoir.

L’agglomération de Québec a fait face au plus important déclin de la RMR (-16 %), suivie de la périphérie nord et la rive sud de Québec avec une baisse de 13 %.

Les prix médians de toutes les catégories de propriétés sont en croissance, avec 5 % de hausse pour les unifamiliales (330 000 $), 7 % pour les copropriétés (240 000 $) et 10 % pour les plex (384 500 $).

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.