/finance/realestate

Baisse de 24% des ventes de propriétés au Québec

Les transactions immobilières résidentielles ont connu une baisse de 15 % en septembre dans la grande région de Québec, comparativement à la même période l’an dernier.  

• À lire aussi: Ralentissement de l’immobilier: 6 conseils pour les acheteurs et les vendeurs

• À lire aussi: Forte hausse de la valeur des propriétés à Lévis

Toutes les catégories de propriétés sont touchées par la baisse des ventes.

Bien que la maison unifamiliale soit la moins affectée, elle enregistre tout de même une diminution de 8 %, tandis que la copropriété et les plex présentent des baisses respectives de 24 et de 25 %, dans la région métropolitaine de Québec comprenant Lévis et les environs. 

« Le plein impact de la hausse des taux d’intérêt n’est pas encore pleinement ressenti. On anticipe une nouvelle hausse d’ici la fin de l’année et donc, on s’attend à ce qu’il y ait d’autres baisses [des ventes] pour 2023 », a affirmé Charles Brant, directeur du Service de l’analyse de marché de l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

Inversement, le nombre de nouvelles inscriptions (propriétés à vendre) est pour sa part en hausse de 7 % en septembre dernier comparativement à la même période en 2021.

Les chiffres démontrent également que les inscriptions en vigueur augmentent de mois en mois. 

Plus marqué 

À l’échelle du Québec, les ventes ont connu une diminution de 24 % le mois dernier, toujours par rapport à septembre 2021. 

Pour la Rive-Sud de Québec, plus spécifiquement, les ventes ont baissé de 13 %, alors que les nouvelles inscriptions ont augmenté de 39 % passant de 163 à 226. 

« C’est certain que l’immobilier a été porté durant la pandémie par des taux d’intérêt extrêmement bas. Cela a permis de soutenir des hausses de prix très importantes. Dans un tel contexte, avec une hausse aussi importante des taux, il est certain que cela a un effet immédiat sur le marché », a poursuivi M. Brant.  

  • Écoutez l'édito économique de Michel Girard diffusé chaque jour en direct 7 h 35 à QUB radio :

Ralentissement

La hausse du nombre de nouvelles inscriptions vient modifier les conditions de marché qui étaient nettement à l’avantage des vendeurs.  

« Étant donné qu’il y a moins d’acheteurs et moins de demande, les propriétés s’accumulent sur le marché. Cela crée plus d’offres et cela a un impact sur les conditions de marché qui sont de moins en moins favorables aux vendeurs », indique M. Brant.

« Nous étions à sept ou huit propriétés vendues pour dix nouvelles inscriptions. On retombe plus maintenant à du cinq pour dix. Cela fait en sorte qu’il n’y a pratiquement plus de surchauffe et que la surenchère est en baisse aussi. »

Le nombre de transactions (583) en septembre dernier dans la RMR de Québec a donc décliné par rapport aux 684 transactions du même mois, l’an passé. 

Les prix médians

Le prix médian des unifamiliales se situe à 330 000 $, soit une hausse de 5 % par rapport à septembre 2021.

Pour la copropriété, le prix médian est de 240 000 $ (+7 %) et les plex à 384 500 $ (+15 %).  

Ventes dans la RMR de Québec

-15 % en septembre (583 propriétés vendues)

-10 % en août (523) 

+1 % en juillet (544) 

+3 % en juin (756) 

-2 % en mai (872) 

-11 % en avril (963)

(Les taux de variation sont calculés par rapport à la même période de l'année précédente)  

Inscriptions en vigueur

(nombre de propriétés à vendre en 2022 dans la RMR de Québec)

2884 en septembre

2656 en août

2553 en juillet

2379 en juin

2282 en mai

2280 en avril

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.