/finance/realestate

«On n’a pas vu ça depuis trois ans», dit une agente immobilière

Le ralentissement du marché immobilier depuis les dernières semaines fait en sorte que les acheteurs ont pour la première fois depuis le début de la pandémie un peu plus de temps pour visiter des maisons.

• À lire aussi: D’autres hausses des taux d’intérêt sont à prévoir

• À lire aussi: Baisse de 24% des ventes de propriétés au Québec

• À lire aussi: Ralentissement de l’immobilier: 6 conseils pour les acheteurs et les vendeurs

«On a vu quelques maisons où cela a pris deux ou trois semaines, ce qu’on ne voyait plus depuis trois ans. Il y a eu moins de vente en septembre, mais cela ne veut pas dire que les prix ont baissé pour autant», mentionne l’agente immobilière Mélanie Bergeron.

Cependant, même si la situation commence à ralentir, le marché ne favorise pas encore les acheteurs.

«C’est encore un marché de vendeur, mais si vous êtes le seul acheteur sur une propriété, vous allez peut-être avoir la chance de pouvoir négocier, un fait que je n’ai pas vu depuis trois ans et dans certains cas vous pouvez mettre une condition de vente de votre propriété», souligne l'agente immobilière.

La hausse des taux fait en sorte que les acheteurs ont changé leurs critères de sélection.

«Une maison à 600 000$ s’il y a quelques petites choses à rénover, cela va être un peu plus difficile à vendre parce que les gens ont un peu moins de budget en raison des préqualifications qui sont plus difficiles. Un couple qui était préapprouvé pour 600 000$ avec les anciens taux d’intérêt, il va perdre environ 100 000$ avec les nouveaux taux, donc il y a certains types de propriété où il y a carrément moins d’acheteurs», dit-elle.

Voyez tous les détails dans la vidéo ci-dessus.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.