/regional/estduquebec/basstlaurent

Les ventes immobilières ont diminué le mois dernier, et les prix aussi

Les ventes de propriétés immobilières ont connu une baisse significative au cours du dernier mois, amenant ainsi à une chute des prix.

«Depuis septembre, on a constaté que les prix se sont réajustés. D’un côté les taux d’intérêt ont monté, donc les gens ne peuvent plus nécessairement se payer les maisons au même prix. 

Ça fait que les valeurs sont en train de se réajuster et les prix de vente ont vu une réduction de 10 à 20 % dans certains secteurs des prix de vente», a expliqué Jean-Michel Klinkow, spécialiste hypothécaire à la Banque de Montréal (BMO).

Une bonne nouvelle pour les premiers acheteurs puisque le marché immobilier tend à s’équilibrer. Si l’an dernier l’accès à la propriété paraissait comme un rêve inatteignable, aujourd’hui la situation est toute autre.

«Pour un premier acheteur, c’est sécurisant dans le marché aujourd’hui versus le marché d’il y a un an, a souligné Malik Yacoubi, cofondateur et PDG chez nesto. Il y a un an, c’étaient des offres non conditionnelles presque toujours, on n’avait pas le temps d’inspecter la maison», a-t-il ajouté.

Toutefois, c’est aujourd’hui plus difficile de se qualifier pour l’achat d’une propriété. Il y a un an, les banques exigeaient que les clients soient capables d’absorber un taux d’intérêt à 4,39 %. Aujourd’hui, le taux est haussé à 6,59 %.

«Par exemple un individu qui a un revenu de 80 000 $ par année, il y a un an, il se qualifiait pour environ 365 000 $. Aujourd’hui, le même 80 000 $ vous donnerait accès à peu près à 325 000 $ », a détaillé M. Yacoubi.

Les premiers acheteurs ont parfois des dettes d’études et des marges de crédit à payer. D’où la question: «est-il préférable de payer ses dettes immédiatement ou encore économiser pour une mise de fonds pour investir dans une propriété ?». 

«Regardez quel est votre loyer actuellement et puis on va calculer ça serait quoi le paiement hypothécaire pour le prix d’achat visé. Par exemple, si votre loyer est de 1 000 $ par mois, et le prix d’achat fait un paiement de 2 500 $ par mois. 

Ce que je dis à mes clients c’est que pour les prochains trois mois, mettez 1500 $ de plus de côté comme si vous 2500 $ par mois et voyez quel effet que ça va avoir sur votre train de vie. Si ça ne fonctionne pas, vous allez avoir votre réponse», a suggéré le spécialiste hypothécaire chez RBC, Pascal Berger.

La Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), pour sa part, implore les municipalités et les gouvernements d’investir dans la construction de nouveaux logements. 

Si le marché se refroidit présentement, elle anticipe une autre hausse de la demande pour les prochaines années.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.