/news/elections

53% des Québécois pour une réforme du mode de scrutin

« Ça n’intéresse pas la population, à part quelques intellectuels, le changement de mode de scrutin. Ça n’intéresse pas les Québécois »
– François Legault, dans une entrevue à Radio-Canada en campagne électorale

Photo d’archives

« Ça n’intéresse pas la population, à part quelques intellectuels, le changement de mode de scrutin. Ça n’intéresse pas les Québécois » – François Legault, dans une entrevue à Radio-Canada en campagne électorale

François Legault a sous-estimé le nombre d’«intellectuels» au Québec. N’en déplaise au premier ministre, une majorité de citoyens est en faveur d’une réforme du mode de scrutin. 

• À lire aussi: Statut de parti officiel pour le PQ et QS: les libéraux regrettent d’avoir cédé en 2018

• À lire aussi: Fonctionnement de l’Assemblée nationale: des règles doivent être modifiées

• À lire aussi: Scrutin proportionnel mixte: voici quel serait le portrait à l'Assemblée nationale

• À lire aussi: Pas besoin de voir «L’île de l’amour» pour comprendre ça!

Pas moins de 53 % des Québécois souhaitent que le système électoral actuel soit revu, révèle un sondage Léger-Le Journal, réalisé quelques jours après le scrutin.

Le résultat de l’élection du 3 octobre dernier a permis de mettre en lumière une importante distorsion entre le vote populaire et le nombre de sièges remportés par les partis politiques.

Appuyée par 41 % des électeurs, la CAQ a fait élire pas moins de 90 députés sur 125, soit 72 % des sièges. À l’inverse, avec 14,6 % des voix, le Parti Québécois n’aura que trois représentants à l’Assemblée nationale.

Bénéficiant d’un appui populaire semblable (14,4 %), les libéraux ont pourtant obtenu 21 sièges. Et les conservateurs n’ont aucun élu, même avec 13 % des votants.

Un scrutin proportionnel mixte aurait passablement changé l’arc-en-ciel de couleurs et la distribution des banquettes au Parlement, alors que les partis d’opposition auraient été mieux représentés.

  • Écoutez la rencontre Yasmine Abdelfadel et Marc-André Leclerc diffusée chaque jour en direct 6 h via QUB radio :

La porte fermée à double tour

Jadis en faveur d’une réforme du mode de scrutin, François Legault a depuis fermé la porte à double tour à tout changement du système électoral, prétextant que ce n’est pas une priorité des Québécois. 

Plus encore, il a affirmé en campagne électorale qu’une réforme du mode de scrutin «n’intéresse pas la population, à part quelques intellectuels».

Mais le premier ministre a tout faux sur cet enjeu, selon le sondeur Jean-Marc Léger.

«Le constat du sondage, c’est qu’il y a beaucoup d’intellectuels au Québec», raille-t-il.

«La majorité des Québécois souhaitent une réforme du mode de scrutin, analyse-t-il. Les gens estiment que François Legault fait fausse route.»

Des caquistes aussi en faveur

Sans surprise, l’appétit pour un tel changement est plus fort chez les électeurs plus jeunes qu’au sein des tranches d’âges plus élevées. 

De la même façon, les sympathisants des partis d’opposition sont très majoritairement pour la transformation du mode de scrutin.

C’est le cas de près de quatre conservateurs sur cinq. Les solidaires et les péquistes sont presque aussi nombreux à réclamer une réforme. 

Mais attention, cette idée plaît aussi à une portion des partisans de François Legault. Pas moins de 30 % des électeurs caquistes y sont favorables, même si 52 % sont opposés à ce changement.

Vision partisane

Selon le sondeur, la position du premier ministre relève d’un calcul politique.

«C’est une vision très partisane de la chose, ce n’est pas une vision de premier ministre», souligne Jean-Marc Léger.

En 2018, le chef de la CAQ s’était pourtant engagé à réformer le mode de scrutin afin de réduire la distorsion s’il prenait le pouvoir.

Une fois aux affaires, le gouvernement Legault a déposé un projet de loi pour y arriver, qu’il a toutefois laissé tomber en 2021. 

La ministre Sonia LeBel, responsable de la réforme démocratique, avait alors dit appuyer sa décision sur la pandémie, « qui a tout chamboulé ».  

RÉFORME DU MODE DE SCRUTIN 

Souhaitez-vous une réforme ou non du mode de scrutin actuel ?​

53 % Oui, je souhaite une réforme

27 % Non, je ne souhaite pas de réforme

20 % Ne sait pas / Refus 

Oui, je souhaite une réforme

CAQ 30 %

QS 75 %

PQ 73 %

PLQ 60 %

PCQ 79 %

Non, je ne souhaite pas de réforme

CAQ 52 %

QS 17 %

PQ 13 %

PLQ 19 %

PCQ 12 %

Ne sait pas / Refus

CAQ 17 %

QS 8 %

PQ 13 %

PLQ 22 %

PCQ 9 %

MÉTHODOLOGIE 

Le sondage Web a été réalisé auprès de 1040 Québécois âgés de 18 ans ou plus, du 7 au 10 octobre 2022. Il n’est pas possible de calculer une marge d’erreur sur un échantillon tiré d’un panel, mais à titre comparatif, la marge d’erreur maximale pour un échantillon de 1040 répondants est de plus ou moins 3 %, et ce, 19 fois sur 20. Les résultats ont été pondérés en fonction du genre, de l’âge, de la langue maternelle, de la région, du niveau de scolarité et de la présence d’enfants dans le ménage afin d’assurer un échantillon représentatif de la population québécoise.


Vous aimeriez vous aussi répondre à des sondages? Inscrivez-vous à LEO, le panel de Léger : https://bit.ly/3raMw62

Vous avez un scoop à nous transmettre?

Vous avez des informations à nous partager à propos de cette histoire?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs?

Écrivez-nous à l'adresse ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

Guide de l’électeur
Les candidats - Une présentation exhaustive des personnes candidates dans chaque circonscription
Radiographie des candidats - Un portrait statistique des candidates et candidats, tous partis confondus
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.