/news/coronavirus

Les vaccins sont-ils encore la solution?

Les vaccins ne sont peut-être pas la solution, selon Dre Nathalie Grandvaux, professeure de biochimie à l’Université de Montréal, qui estime que d'autres technologies doivent être étudiées.

• À lire aussi: Acquisition de vaccins anti-COVID: une enquête ouverte

• À lire aussi: Révision de la période d’isolement de COVID-19: «on dit aux gens gérez-vous»

• À lire aussi: COVID-19: baisse des hospitalisations après de fortes hausses

«La capacité (du vaccin) à protéger diminue avec le temps, alors, pour l’instant, on est pris à devoir répéter la vaccination», explique-t-elle.

Ils «protègent très bien contre les formes sévères et les hospitalisations, mais ne protègent que partiellement contre l’infection et donc la capacité de bloquer la transmission», dit-elle.

La professeure assure pourtant que «c’est ce qu’on a de mieux pour l’instant au Canada et au Québec».

Une 8e vague?

Dre Grandvaux incite la population à arrêter d’utiliser le terme «vague» parce que le virus est toujours là et, dit-elle, et qu’il y a «cette fatigue par rapport au terme de vague».

Elle ajoute : «À moins d’un nouveau variant virulent, je ne pense vraiment pas qu’on retourne vers un confinement ou d’autres mesures exceptionnelles», mais «il faut admettre que la pandémie n’est pas terminée pour en arriver là.», précise-t-elle.

Elle conseille de continuer la mise à jour des vaccins pour limiter la propagation du virus.

D’autres solutions à l’étude

D’autres types de vaccins ont aussi été utilisés adénovirus, tels que l’Astrazeneca et le Johnson & Johnson, et le Novavax qui est une autre technologie et «des vaccins à technologie traditionnelle développés en Chine, Sinopharm, Sinovac, n’ont pas eu un meilleur résultat que les vaccins ARN messager pour bloquer l’infection, donc, ce n’est pas la solution non plus», confirme-t-elle. 

La professeure affirme que de nouvelles technologies seront nécessaires pour bloquer cette infection.

Parmi les solutions à l’étude actuellement, une combinaison de plusieurs technologies est envisagée.

«Il faudrait que nos gouvernements continuent de mettre autant d’intensité dans la recherche pour ces vaccins.», dit-elle.

Elle soutient que la vraie solution «c’est une stratégie sur la ventilation, l’aération et la qualité de l’air».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.