/finance/homepage

Votre dinde de Noël pourrait coûter cher

La deuxième vague de grippe aviaire qui atteint le Québec pourrait faire grimper le prix de la dinde de Noël comme elle l’a fait dans l’ouest du pays à l’Action de grâce.

• À lire aussi: Grippe aviaire: un rétablissement incertain pour l'industrie

« On croit que la deuxième vague pourrait affecter les prix de la volaille pour les Fêtes qui s’en viennent », soutient Sylvain Charlebois, professeur et directeur du Laboratoire en sciences analytiques agroalimentaires à l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse.

Il estime que le prix de la dinde a augmenté de 20 % en Alberta et en Colombie-Britannique pour l’Action de grâce cette année, comparativement à 16 % dans le reste du pays, entre autres à cause du virus H5N1, qui a touché particulièrement ces provinces cette année.

Le virus refait maintenant surface au Québec, où un cas a été confirmé la semaine dernière dans un petit élevage de volaille de la région de Saint-Jacques-Le-Mineur, en Montérégie. 

On suspecte aussi une éclosion dans une ferme de la région de Drummondville, indique le président des Éleveurs de volailles du Québec, Pierre-Luc Leblanc.

Règles strictes

De nouvelles éclosions risquent d’avoir des impacts financiers pour les producteurs de poulets et dindons de la province, s’inquiète M. Leblanc.

Sylvain Charlebois, professeur

Photo courtoisie

Sylvain Charlebois, professeur

« Quand un élevage est touché, tu ne peux pas avoir de nouvelles entrées d’oiseaux dans une zone de trois kilomètres. Ça pourrait laisser des fermes sans production et avoir des impacts monétaires incroyables sur les éleveurs », explique-t-il.

Il rappelle que la première vague de la grippe aviaire a fait des ravages au printemps, notamment à Saint-Gabriel de Valcartier, où 90 000 dindons ont dû être euthanasiés.

C’est vous qui payez

Au final, la facture est refilée aux consommateurs, soutient Sylvain Charlebois. 

« Il y a des pertes et il y a un ajustement de prix en conséquence. Le système de quotas fait en sorte que les producteurs sont bien protégés », explique-t-il. 

« Si on n’est pas en mesure d’éviter ce qui s’est passé pendant la première vague, on risque de voir le scénario se répéter », souligne l’expert en agroalimentaire.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.